vendredi 27 avril 2012

Au bout de nos nuits... la lumière!

Pâques est une période étonnante. "La résurrection? comment peut-on encore y croire?", pourrait-on penser. Oui c'est vrai, cette nouvelle nous dépasse; oui c'est vrai, cette nouvelle est in-croyable, on ne peut pas y croire, surtout dans notre société hyper-rationnelle et hyper-scientiste; oui c'est vrai, cette nouvelle ne tient qu'à un fil, celui du témoignage des disciples ("ceux qui apprennent") devenus, après la rencontre avec le Ressuscité, des apôtres ("envoyés"). Incroyable, impensable, inimaginable, dans notre monde qui cherche à tout comprendre, à tout maîtriser, à tout analyser et connaître.


Après la nuit... la lumière surgit !

Et pourtant. Et pourtant tout autour de nous la nature revit. Les arbres fleurissent, la verdure verdoie, le ciel bleuoie, l'eau ba doie et même le Lausanne Sport finit par gagner (sic!). Finir l'hiver et les gros pulls, sortez les shorts et la crème solaire ! Après la nuit et le froid, la lumière surgit enfin. Et si c'était vrai, au fond, cette histoire de résurrection ? Et si au fond on ne maîtrisait pas tout, on ne pouvait pas tout comprendre, mais qu'au fond il y aurait un bout de lâcher prise à vivre dans nos vies pour expérimenter cette résurrection ?

Trois jours qui nous apprennent la patience

Cette année, j'ai eu la chance de vivre un vieux rêves: un pèlerinage de la nuit de Pâques. Avec des jeunes de la région, nous avons traversé cette belle région de Lavaux, de nuit, à la lumière de nos flambeaux extra-rapides-à-brûler-de-chez-Jumbo et un-peu-moins-extra-rapides-à-brûler-de-chez-Brico-Coop. De nuit, nous avons marché, comme parfois c'est dans la nuit que l'on a l'impression de marcher dans nos existences. Nous avons traversé des vignobles, des villages, des forêts, de nuit, comme dans nos vies nous traversons des périodes angoissées, tristes, et même endeuillées. De nuit, nous avons chanté aussi, par les chants gospel, notre espérance. Et finalement, la nuit, ce symbole de toutes nos peurs, des toutes nos tristesses, de tous nos deuils, a finit par laisser place à la lumière, dans la joie pascale partagée par une cinquantaine de personnes à Crêt-Bérard. Le jour avait point. Il y eu un soir, il y eut un matin, ce verset de la Genèse qui redit toute notre espérance...

Pas magique

Dans nos vies, on aimerait bien que la résurrection, ce soit magique, à la A rit Peau terre, magique et immédiat. Mais quand il y a quelque chose de dur à accepter dans sa vie, un deuil à faire, d'une personne ou d'un genou, un projet qui tombe à l'eau, un enlisement chronique dans l'inertie, la résurrection de Jésus est là pour nous rappeler quelque chose de très simple, mais que l'on oublie souvent: Jésus, dans les récits des Evangiles, a mis trois jour avant de ressusciter. Ces trois jours, c'est le vide, l'absence, le deuil. Ces trois jours, ils nous apprennent la patience, dans nos vies, dans nos projets, dans nos deuils.

Oui, après la mort, d'une personne, d'une relation, d'un projet, vient la résurrection. La vie est plus forte que la mort. Encore faut-il être patient pour l'expérimenter. Et vous, avez-vous expérimenté une sorte de résurrection dans vos vies?

Et pour la route, voici un gospel que j'avais chanté pendant mes études à Manchester I'm trading my sorrows, gospel d'espérance et de résurrection!

2 commentaires:

  1. On peut aussi penser comme Saint-Augustin : « Partout à ennuie plus grand succède joie plus grande. » VIII 3 (8)

    Le Christ est mort - ce qui est triste -, mais il est mort pour nos péchés et est ressuscité - et c'est cela l'évangile, la bonne nouvelle.

    Je ne suis pas convaincu que cela nous apprenne la patience.

    RépondreSupprimer
  2. Oui tout à fait, je suis d'accord avec Gugus. En revanche, je suis vraiment convaincu que la résurrection dans nos vies n'est pas immédiate (c'est une des tares de notre société: on veut tout tout de suite), mais nous apprend la patience. Ou l'espérance... Pour qu'il y ait eu la résurrection, il y a eu samedi saint, le vide, le manque, le deuil. Et cela, cela ne se fait pas tout seul. "Avec le temps" comme disait léo Ferré...http://www.youtube.com/watch?v=aiXcUTTLud4

    RépondreSupprimer