mercredi 13 juin 2012

En mode "silencieux"

Prendre le temps. Se poser. Ecouter. Rien. Ou presque. Ou presque. Juste le silence.


Une Eglise. En pierres. Qui a traversé les âges. Impressionnante. Majesteuse. Simplissime. (un temps) Présence. Confiance. Silence.


Une salle à manger. Remplie de gens. De la musique classsique. De bons plats bénis. Un repas partagé sans parole. Qui l'eut cru? Moi l'enfant intarissable, je jouis de l'instant. Simplement. Du repas. Des regards. Du calme. Du rythme lent. (un temps) Du silence.


Un oratoire. Une Bible. Un banc de prière. Une fragile lueur de bougie. Mes yeux se ferment. Mon coeur s'ouvre. (un temps) Une présence. Un ressourcement. Le silence.

...


Le trop plein
Quelques jours passés à l'Abbaye de Tamié, dans un cadre simple et presque austère, me rappellent l'importance du silence. Dans ma vie trop pleine de bruits, de musique, de brouhaha constant, dans nos vies du "trop plein", j'ai besoin du vide. Dans le silence, le Christ se laisse trouver. Dans la place que je lui fais dans ma vie, il vient à ma rencontre. Ne devrais-je pas lui faire plus de place dans mon quotidien sur-remplis, sur-chargé, sur-bourré? "Le diable ne s'immisce pas dans nos vies par de mauvaise actions, disait un moine, mais pas trop de bonnes actions." Trop. Oui, c'est une lutte constante de faire de la place au Christ, de se recentrer à la Source, contre tout ce qui vient remplir le vide: les activités, les mails, les téléphones, les colloques...

La peur du vide

Je ne puis m'empêcher de penser combien dans notre société nous avons peur du vide, du silence, du rien. Vertige du vide. Et pourtant, ne serait-ce pas plutôt "vertige du trop plein"? Comment en est-on arrivés là? A-t-on oublié l'essentiel? Comment faire pour ne pas perdre de vue cet Essentiel au quotidien? Et vous, comment faites-vous pour garder ce lien avec la Source (pas la clinique)?

4 commentaires:

  1. Comment un pasteur, dont on attend qu'il parle, peut-il inviter à apprendre à écouter ce qui se dit dans le Silence? Et qu'est-ce qui se passera ensuite?
    Une nouvelle forme de dialogue? Et quoi encore?
    Marcel Raymond Vonnez Pully

    RépondreSupprimer
  2. Oui, pour moi, c'est dans le silence que je trouve la Source à tous mes mots, à toutes mes paroles, à tous mes discours. La Source, certes, mais ce n'est pas l'Essentiel. L'Essentiel, c'est le Christ qui se déploie à travers la rencontre, simple et humaine (voir un autre de mes articles http://carnetderoutedunjeunepasteur.blogspot.ch/2012/05/la-rencontre-au-coeur-de-nos-vies.html). Le silence, finalement, il nous fait peur, mais il me redonne de l'énergie, il me permet de me plonger dans la Parole pour qu'elle résonne en moi, et les Ecritures résonnent pour moi ainsi d'une autre manière qu'avec tout le brouhaha de nos villes...

    Et vous, que cherchez-vous? qu'attendez-vous ? que prônez-vous ?

    Je me réjouis de vous lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été silencieux, simplement parce que j'aime laisser passer le temps, pour l'écouter, et entendre une petite voix qui me dit "et si tu allais consulter le blog du jeune pasteur...
      Je ne prône pas. Je témoigne. Je dis simplement ma sensibilité. Celle qui aime respecter la Vie de Dieu, celle qui se dit dans le silence, quand je me tiens simplement ouvert devant lui, sans mots. Dieu est Dieu, infini et différent de nous. Jésus nous montre un chemin pour être devant Dieu, libre et aimant. Ouvert à l'imprévu.
      Le silence ne fait pas peur, quand il est le lieu de la Présence et de la rencontre de Dieu. Ce que je crains, c'est plutôt la prétention humain à savoir qui est Dieu, à partir de mots dont chacun y met le sens qui est le sien, sans laisser à l'Autre une différence.
      J'aime bien votre démarche, et votre invitation à la rencontre, car c'est un autre lieu de la Présence de Dieu. J'entends que vous êtes sur un chemin, moi aussi. Une lumière peut jaillir de notre échange, et en restant ouverts à l'Esprit saint qui nous guide.
      Bonne route. Nous avons toute la vie pour apprendre le Sens.
      Marcel Raymond Vonnez

      Supprimer
  3. NB Je me demande si pour la suite de notre échange, la correspondance par courier e-mail ne conviendrait pas mieux?
    Mais je suis ouvert à rester sur le blog
    Mon adresse est : marcelvonnez@bluewin.ch

    RépondreSupprimer