mercredi 18 juillet 2012

Une semaine de communion

Les mots ne sont parfois pas suffisants pour décrire une réalité transcendée par l'amour, la joie et la communion. J'essaie pourtant de vous redire, cher-e-s lecteur-e-s, ma folle et intense semaine au Camp Biblique Oecuménique de Vaumarcus (CBOV), un événement oecuménique vieux de presque 70 ans. Une semaine à 166, tous âges de 4 à 92 ans, une semaine de partage, une semaine de réflexion, une semaine d'émotions, une semaine de communion.

Veiller c'est... aimer !

Le thème, le jugement dernier dans Mt 24-25, nous a permis de revoir nos préjugés sur la fin, et surtout notre éthique sur l'aujourd'hui. Comment décoder les signes, demandent les disciples? Si vous voyez un point blanc sur le lac, c'est... un cygne (et si l'eau ne bouge pas, c'est un cygne d'étang)... Alors il faut veiller, nous dit Jésus. Oui mais comment? Veiller, c'est être attentif à chacun, au plus grand et au plus petit; veiller c'est se mettre au service, et faire ce que l'on a à faire; veiller c'est être prévoyant et avisé, c'est mettre la bonne huile dans son moteur; veiller c'est faire fructifier ses talents; veiller, c'est donner à manger à celui qui a fait, à boire à celui a soif, accueillir l'étranger, visiter celui qui est en prison, vêtir celui qui est nu. Veiller, c'est... aimer! Comme nous nous aimons à Vaumarcus...


Une perle à 1000 facettes 


Et veiller, c'est concrètement tout mettre en oeuvre pour que de telles semaines de communion puissent continuer à avoir lieu. Ce camp est une perle, une perle à 1000 facettes, riche de la diversité et de la créativité de chacun des campeurs, riche aussi de la diversité confessionnelle et des signes "prophétiques" (merci à Stéphane our la photo) dont on témoigne au monde chrétien en vivant une profonde communion oecuménique. Alors veiller, c'est aussi oeuvrer pour que l'histoire continue, pour que les talents de chacun soient mis au service de la communauté vaumarcusienne, de la communauté oecuménique francophone, et de Dieu.

Un talent à faire fructifier

C'est pour ces raisons que j'ai accepté, avec grande humilité, la demande qui m'a été faite de reprendre la coordination du camp, véritable paquebot ("love boat") avec un équipage d'animateurs aux 1000 talents. C'est justement la parabole des talents qui m'a parlé et confirmé dans cette voie. Si je suis appelé à faire fructifier mes talents, notamment autour du leadership, en communion avec tous ceux qui nous ont précédés, ne devrais-je pas accepter cette proposition?

Et vous, quel est votre talent à faire fructifier et à mettre au service de la communauté?

Rendez-vous le dimanche 7 juillet 2013 pour un nouveau camp biblique oecuménique de Vaumarcus où Qohélét nous entraînera dans sa vision du monde: et si tout était vanité?

PS: juste pour le fun, une petite vidéo sur la fin du monde:


2 commentaires:

  1. Vincent Lafargue18 juillet 2012 à 06:03

    MERCI... 1000 fois MERCI, cher Benjamin, pour tes mots sur "ce qui est sans doute la plus belle réalité oecuménique de Suisse-Romande, et probablement de plus loin aussi" pour reprendre encore tes mots, dits lors de la passation de témoin entre Nicolas et toi. Ce soir-là tu aurais aussi voulu parler de celle qui t'accompagnera sur ce chemin, et lui rendre hommage. Que Sarah soit remerciée ici de prendre cette route avec toi. MERCI de ton regard sur ce camp, précieux, juste, fin. MERCI de veiller sur lui dans les années à venir. MERCI de nous apporter ton leadership, ta science du pouvoir exercé avec douceur et fermeté. Et enfin... MERCI pour cette dernière photo qui associe Pierre à tout cela.

    RépondreSupprimer
  2. Vu la qualité de ton animation de l'atelier théologie cette année, vu ta façon débordante d'enthousiasme de communiquer dans ces quelques lignes l'essence du camp (légère dette au style Nicolas Lüthi généreux en superlatifs: "c'est merveilleux, vous êtes magnifiques"), aucun doute que tu seras un merveilleux coordinateur, avec l'aide de Dieu ! Me réjouis d'avance de l'an prochain - mais pour le cadeau, passe à Fribourg !Bien fraternellement, Julien

    RépondreSupprimer