lundi 1 octobre 2012

Bénédiction de couples homosexuel: la controverse

Lundi, mon jour de congé. Je surfe tranquillement sur internet, quand je vois le dernier article de protestinfo, agence de presse protestante, qui annonce que le Conseil Synodal de mon Eglise, l'EERV, va proposer un projet pour des rites de bénédiction de couples homosexuels (pacsés) : http://www.protestinfo.ch/201210016226/protestants-vaudois-benir-couples-pacses. Je partage simplement l'article sur mon mur de Facebook, tout en m'abstenant de prendre position. Quelques heures plus tard, en rentrant de la déchetterie et sortant de mon bain bienfaisant, je vois les commentaires incendiaires en réaction à la dépêche, où le ton est monté très rapidement.

Du coup, je prends ma plume sur mon blog, car je réalise l'importance d'avoir un débat de fonds sur cette question, non seulement dans notre Eglise Evangélique Réformée du Canton de Vaud (EERV), mais aussi dans NOS Eglises, dans le dialogue oecuménique pour lequel je suis passablement engagé.

Une question controversée qui mérite un réél débat

Cette question de l'homosexualité en régime chrétien m'a toujours habité. Depuis cette soirée où, alors encore étudiant en théologie, j'avais réagi à une convive pour qui il était impossible d'être à la fois homosexuel et chrétien, et qui voulait prier pour leur guérison, je n'ai cessé de m'intéresser à cette problématique: vraiment, que dit la Bible au sujet de l'homosexualité? Parle-t-elle de la même réalité que la notre? En contact avec des nombreuses personnes homosexuelles, également dans l'Eglise (jeunes, couples, et même des pasteurs!), je trouve que cette question mérite un débat, réel et profond, dans lequel la position de chacun puisse être respectée, quoi qu'il arrive.

Une blessure oecuménique

Car il est évident que ce sujet est hautement controversé et demeure le principal point de blessure dans le dialogue oecuménique et la recherche de l'unité (mais n'est-ce pas aussi cela, la recherche de l'unité: accepter les différences chez les autres, même celles qui nous font mal, et continuer le dialogue pour avancer ensemble sur le chemin de l'Eglise ?). Comme je l'écrivais dans mon mémoire Quel avenir pour l'oecuménisme au XXIe siècle, l'exemple du Canton de Vaud (2009):
Plus qu’ailleurs, ces questions[de bioéthique et de sexualité] qui créent de grandes divisions semblent être insurmontables. Il est essentiel que le mouvement œcuménique puisse continuer à faire du chemin dans le dialogue et le respect de l’autre chrétien.  A ce titre, il me semble tout à fait crucial que l’autre qui se présente comme chrétien, même s’il détient une position éthique différente de la mienne, soit tout de même accueilli et reconnu comme « chrétien » dans un dialogue. Sans cela, en prétendant par exemple qu’un soi-disant chrétien qui prône l’avortement n’est pas un vrai chrétien, l’œcuménisme va à sa perte. C’est par le dialogue, la prière et la confiance en l’action de l’Esprit Saint que l’œcuménisme pourra avancer, en particulier dans cette épineuse question de l’éthique sexuelle et la bio-éthique.
Quelle homosexualité dans la Bible ?

Aujourd'hui, au risque de me mettre à dos une bonne partie de mes lecteurs, je prends ma plume pour dire courageusement ma position. Oui, malgré tout ce que l'on peut dire, je ne puis m'empêcher d'être en faveur d'une telle décision. Pour moi, la Bible (nos écritures saintes), si elle parle de violences homosexuelles, de relations "maître-esclave" où l'homosexualité (forcée, i.e. la sodomie) jouait un grand rôle (voir à ce titre L'homosexualité dans le Proche-Orient Ancien et la Bible de Thomas Römer), de manquements au niveau de l'hospitalité, ne parle pas "stricto sensu" d'AMOUR entre deux personnes du même sexe (lisons le contexte, notamment dans Sodome et Gomorrhe, qui parle d'abord d'hospitalité, en réponse à Gn 18)! Ne projetons pas notre réalité du XXIe siècle dans ces textes écrits il y a 2000 ans! La réalité de relations "homosexuelles"de l'époque ne ressemble en rien à celle que cherchent à vivre les couples gays qui veulent s'établir (je ne parle que des couples gays, non pas ceux qui cherchent des aventures, comme c'est le cas aussi chez les hétéro...).

Un amour qui peut être béni

Je suis peut-être minoritaire dans les Eglises à tenir ce discours "libéral", mais il me semble essentiel de dire que l'amour de Dieu n'est pas que pour les couples hétéro. Pour moi, pour autant qu'il soit respectueux, fidèle, durable, fécond (il y a plein d'autres fécondités que celles de l'enfantement), l'amour entre deux hommes ou deux femmes peut tout autant être béni qu'entre un homme et une femme. Le message de l'Evangile n'est-il pas pour tous? Dieu ne nous aime-t-il pas chacune et chacun, que l'on soit homo ou hétéro? Un couple gay ne peut-il pas être beau, fécond, rayonnant, tout autant (voire plus parfois) qu'un couple hétéro?

Pas un "mariage" gay ! 

Ceci dit, pour moi, le mariage garde un statut à part, et je suis tout à fait opposé à l'utilisation du terme "mariage" pour une bénédiction de couple pacés. Ce n'est pas la même chose (la diversité créatrice de la Genèse nous rappelle l'importance de cette diversité) et il convient d'être tout à fait clair là-dessus: un couple pacsé n'est pas l'équivalent d'un couple marié! Dans la même ligne, je ne suis pas non plus favorable à l'adoption pour des couples homosexuels, cela impliquerait d'autres questions anthropologiques, sociales et culturelles qui ne sont pas mures aujourd'hui (le seront-elles un jour? je n'en suis pas sûr).

Et vous? comment réagissez-vous? Peut-on être chrétien et gay? A-t-on le droit de bénir les couples homosexuels dans l'Eglise? Quelles conséquences cette décision aurait-elle?

Merci pour vos commentaires où votre ton sera, j'en suis sûr, respectueux aussi pour les autres. Nous sommes appelés à débattre dans le respect de la position de chacune et chacun. Merci de ne pas oublier que l'autre, quel qu'il soit, est comme je le disais dans mon mémoire, "Christophoros", porteur de Christ. Et comme le disait l'apôtre Paul: Ayez un même amour, un même cœur ; recherchez l'unité ; ne faites rien par rivalité, rien par gloriole, mais, avec humilité, considérez les autres comme supérieurs à vous. (Phlp 2, 3-4)

PS: Merci à mon amie Danielle qui, d'Afrique du Sud, m'a aiguillé sur cet article concernant le fameux Desmond Tutu, favorable lui aussi aux couples gays: http://www.pinknews.co.uk/2012/07/20/desmond-tutu-anti-gay-laws-as-wrong-as-apartheid/




54 commentaires:

  1. Je suis opposé au mariage homosexuel, bien que les homosexuels puissent s'aimer (d'amour). Ils peuvent évidemment être chrétiens, croyants, pratiquants mais comme tous les hommes, ils sont pécheurs, ils commettent des erreurs, ils ont leur faiblesse.

    La Bible, à ma connaissance, n'a jamais parlé que de l'union d'une femme et d'un homme - et pas de deux individus, ce qui auraient laissé la possibilité d'interpréter que les homosexuels sont concernés aussi. Dans la Genèse, il est dit, je crois, que la femme est la moitié de l'homme et que c'est la raison qui le pousse à quitter sa famille pour s'unir.

    Je pense qu'une union "normale" et bénie ne peut concerner qu'un homme et une femme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous marquez un point, mais n'y a-t-il que le "normal" qui puisse être béni? et qu'est-ce que la norme, aujourd'hui?

      Supprimer
    2. La norme reste l'union d'une femme et d'un homme puisque c'est ce qu'il y a de plus courant.

      Seul le normal peut-il être béni? Tout dépend de l'état de la société en un sens. Aujourd'hui, il est courant de voler de la musique sur internet, de craquer des jeux et j'en passe. Il faut trouver à quoi se référer, ce qui permettrait de dire ceci est normal, ceci est juste ou au contraire ceci est pervers.

      On ne peut évidemment pas se fier à l'homme pour trouver pareille référence et ensuite il y a toujours le risque de mal interpréter la Bible.

      Supprimer
  2. D'abord bravo à B. Corbaz, il y a encore peu de pasteurs qui animent des blogs et qui s'y expriment régulièrement :-) .
    Concernant la bénédiction des couples homosexuels, je suis sceptique :

    - Concrètement, la subtile distinction entre un couple pacsé et un couple marié, je crois que personne ne va la voir (sauf peut être le ministre!). Donc ce sera bel et bien un "mariage homosexuel" qui sera célébré, dans l'esprit du public.
    - La dynamique d'un couple homosexuel me semble complètement différente de celle d'un couple hétérosexuel. Une bénédiction fait fi de ces spécificités. Et je ne comprends pas cette volonté de gommer toutes les spécificités entre hommes et femmes (oui, j'ai fait l'effort de lire avec sympathie Judith Butler et son "Trouble dans le genre" mais je ne comprends toujours pas).
    - L’Église ne fait que suivre l'air du temps qui bascule clairement en faveur des milieux favorables aux revendications des gays/lesbiennes. Cependant la pression médiatique et de la société est telle qu'il me semble difficile pour les Églises de ne pas céder sur ce point (c'est tellement plus facile de défendre une position qui "propose" plutôt qu'une position qui plaide pour le statut quo). Autre chose : dans cette nouvelle querelle des Anciens et des Modernes, en disant "non" je me sens immédiatement placé et culpabilisé dans la posture du rétrograde, bêtement conservateur, vaguement homophobe et privé des lumières de la théologie libérale (mais évitons toute victimisation mal placée, toutefois ^^). C'est dire à quel point les frontières dans les mentalités se sont déplacées en quelques années, c'est vraiment impressionnant. Je regrette beaucoup cette pression médiatique mais je comprends que l’Église désire en tenir compte.

    Pourtant non, je ne vois pas l'intérêt pour l’Église de proposer une bénédiction pour homosexuels qui contribue à la perte de lisibilité du sens du mariage. En plus, il n'y a pas 10% d'homosexuels dans la population comme on veut nous le faire croire mais un chiffre beaucoup plus faible (cf. ce que indiquent les "contra" dans le rapport du Conseil Synodal, que j'ai rapidement parcouru). Bref, l'enjeu est plus symbolique que réel, d'autant plus que je ne suis pas certain que les homosexuels recourront dans les même proportions que les couples hétérosexuels à la bénédiction/mariage qui sera proposé par l'EERV. Les couples homosexuels voudraient-ils vraiment une bénédiction pour eux, qui imite celle du mariage? Dans leur immense majorité?

    En même temps, je ne cache pas que la violence de certains opposants me met mal à l'aise (Guérir des homosexuels? Je suis très perplexe).

    Bonne suite de réflexion à chacun/chacune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cet écrit constructif. Pour répondre brièvement:
      1) différence entre "bénédiction de couple pacsé" et "bénédiction de mariage": si je suis d'accord avec vous que les gens ne feraient que peud e différence, pourquoi ne pas imaginer une liturgie différente du coup? Tout est à créer, à inventer, pour un événement qui reste de loin pas la norme.
      2) peut-on totalement effacer la diversité (personnalité, différences entre les individus)? Même dans un couple homosexuel, la diversité est-elle réellement niée?
      3) C'est une grande question pour l'Eglise que de savoir à quel point elle doit s'adapter, se réformer, en fonction de la actualité socio-politico-anthropologique. Je ne sais pas trop où se trouve la limite, personnellement...
      4) doit-on se poser cette question de bénédiction des couples homosexuels même si elle ne concerne que très peu de monde? Assurément, comme vous le dites, l'enjeu est plus symbolique que réel. Mais cela ne peut pas dire que l'on peut faire fi d'un réel débat...

      Bonne suite de réflexion à vous aussi!

      Supprimer
    2. Hello,
      Je n'avais pas vu votre réponse qui est intervenue plusieurs jours après. A présent que le Synode a voté une entrée en matière, je réponds à vos réflexions :
      1)Je ne suis toujours pas convaincu par l'idée qu'on arrivera à proposer une liturgie "différente". On ne peut pas créer quelque chose ex nihilo. ça me paraît tellement artificiel.Et se calquer sur la liturgie du mariage (avec quelques modifications cosmétiques) semble être la voie la plus probable. Nous verrons bien ce que proposera le Conseil synodal. En tous cas, je regrette beaucoup la tournure des événements qui vide de sa substance la spécificité du mariage et la spécificité des sexes (hommes/femmes). En disant cela, je me demande si je suis réactionnaire, et ça me choque que je doive me poser la question. J'ai le sentiment d'une perte totale de repères.
      En outre, le fait que les ministres seraient apparemment libres d'appliquer ou non le rite qui sera proposé ajoute à la confusion, alors que le Synode vient justement de demander une uniformisation concernant la manière dont la confirmation/fin de catéchisme se célèbre. Un coup on propose aux ministres d'avoir le choix, pour ménager la chèvre et le chou. Un coup on leur demande de se conformer à une décision d’Église. J'ai été encore plus atterré en apprenant que durant les débats de ce samedi, il avait été proposé qu'une liste des ministres acceptant de pratiquer la bénédiction de couples homosexuels puisse circuler. Si une telle liste devait voir le jour, cela indiquerait nécessairement que ceux qui n'auraient pas leur nom dedans seraient de méchants bonshommes réactionnaires indignes". Non?
      2) Il n'y a rien de plus irréductible que la diversité homme/femme. Je ne comprends pas que l'on puisse dire que homme/homme ou femme/femme soit une "simple" variante et que l'on termine de façon sirupeuse que l'Amour est partout le même. Cela me semble être une folie furieuse.
      3) Il m'aurait semblé beaucoup plus sain que l’Église protestante ait un égard particulier au mariage et ait une théologie claire fondée sur la dichotomie homme/femme. Franchement, pour les couples homosexuels, l'essentiel a été acquis avec un PACS qui établit des règles claires sur le plan civil (j'ai d'ailleurs voté pour le PACS, à l'époque). Pourquoi, mais pourquoi, faudrait-t-il avoir un pendant religieux à ce PACS civil? Je ne comprends vraiment pas comment on peut justifier théologiquement la bénédiction de couples homosexuels. Dire qu'il faut aimer son prochain ne suffit pas. Désolé, mais c'est trop facile.
      4) Cette décision du Synode et les arguments de ceux qui ont milité en faveur de la bénédiction me laissent un goût amer dans la bouche. De l'autre côté, la faiblesse (pour ne pas dire la bêtise) des opposants à cette bénédictions qui tournent en boucle Lévitique et Corinthiens m'ennuie beaucoup. J'ai bien envie de quitter ce bateau de l'EERV, mais suis encore retenu par des attaches à la fois affectives et institutionnelles, mais en tous cas pas théologiques! Le moment venu, dans cinq, dix ans, je n'hésiterai pas, je sauterai dans une barque plus petite et plus cohérente (évangélique ou catholique, je ne sais, aucune des deux ne me convient bien).

      Bref, je me sens malheureux devant cette perte totale de repère et de jugement, mais au moins réconforté par le fait que l'on puisse s'exprimer encore anonymement sur ce blog.

      Bien à vous,

      Un protestant déçu et désespéré de voir se désagréger son Eglise petit à petit.

      Supprimer
  3. Merci Benjamin pour ces réflexions claires et stimulantes.
    Je partage entièrement ta position, à l'exception de la question de l'adoption.

    RépondreSupprimer
  4. Hello Benjamin,
    Très bon article ! Pour faire écho à protest info, ce qui me déplaît c'est la demi-mesure. Les pasteurs seront libres de bénir des couples homosexuels en fonction de leurs convictions. Que ton oui soit oui que ton non soit non ! Je trouve le terrain glissant et les demis-mesures contribuent au flou et ne permet pas une église unie. J'espère un vrai débat, des réponses intelligentes et claires ainsi qu'une bonne information aux paroissiens. Mais je ne suis pas sûre que c'est le bon moment de relancer cette question très émotionnelle dans notre contexte de crise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, peut-on imposer cela à un(e) ministre? Je ne suis pas sûr...

      Supprimer
    2. 100 % ouvert à cette proposition (j'espère que le synode aura le courage de se "lancer"),
      Je suis aussi absolument favorable à la liberté de pensée et d'action des ministres.

      « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire. » citation attribuée de manière erronée à Voltaire

      Supprimer
  5. Perso, je pense que c'est une question compliquée. A mon avis l'Eglise ne devrait pas refuser une bénédiction pour un couple de même sexe pour autant qu'il soit prêt à s'engager dans la fidélité (de la même manière que pour un couple hétéro).
    Je pense qu'il est important que cette bénédiction ait lieu d'une manière différente car ce sont des couples différents.
    Je pense cela pour plusieurs raisons, la première car Dieu étant amour, je crois qu'il est présent dans tout amour et toute amitié réciproque et enrichissante, donc je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas bénir l'amour que deux personnes se donnent mutuellement. car finalement la bénédiction c'est la reconnaissance devant Dieu d'un amour, c'est lui demander de le fortifier et de le faire fructifier.
    Les textes bibliques restent à mon humble avis pas aussi clair que ce que voudraient nous le faire croire certains milieux. Les codes de lois qui condamne l'homosexualité sont les même que ceux demandant aux femmes qui ont leur règle de vivre hors du village (ce que je n'ai encore jamais vu en pratique ;-) et heureusement).
    L'histoire entre Jonathan et David donne un éclairage diamétralement opposé sur l'homosexualité que ces codes de lois
    Enfin dans le nouveau testament, il y a une certaine ambiguïté entre homosexualité et pédophilie qui ne sont pas la même chose.
    On peut aussi se rappeler du contexte grecque où Socrate notamment prônait des relations homosexuelles libres entre homme supérieure aux relations hétérosexuelles car elle n'avaient pour but que le plaisir et pas la descendance... (lire le banquet).
    Ceci dit je suis tout à fait d'accord qu'il n'est pas non plus écrit l'Homme quittera ses parents pour s'unir à un autre homme!
    Je crois que Dieu nous invite à accueillir les gens tels qu'ils sont et particulièrement ceux qui vivent dans la souffrance et notamment celle de ne pas être reconnu. Je trouve donc légitime que l'Eglise les accueille tels qu'ils sont.

    Pour ce qui est de l'œcuménisme, je pense que l'oecuménisme c'est aussi s'enrichir de nos différences. Je suis persuadé que c'est important de travailler ensemble et de vivre ensemble et de se rassembler, mais je trouve que c'est un peu léger comme argument dans ce débat. Pour l'oecuménisme avec les catholique (celui que je connais le mieux) la pierre d'achoppement se trouve au niveau de la conception du mariage catholique et de la bénédiction de mariage protestant. A mon avis si la reconnaissance de la bénédiction pour un couple de même sexe est mise comme argument contre l'oecuménisme, ce ne sera qu'un prétexte. La difficulté est ailleurs c'est la compréhension d'un sacrement contre la compréhension d'une bénédiction...

    La dernière question que je me pose est pourquoi avons nous peur de bénir un couple homosexuel, pourquoi cette forme d'amour nous dérange-t-elle? alors que personne ne semble s'offusquer qu'il y ait dans la nature des animaux homosexuels (on peut faire une telle visite au zoo de Bâle)
    Laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On trouve aussi dans la nature des choses dites contre-nature. Comme partout, il y a des erreurs.

      Ce que je critique est seulement de prendre la nature comme exemple, je ne dis pas que l'homosexualité est contre-nature.

      Supprimer
    2. La question de savoir si dans la nature, il y a des choses contre-nature est un grand débat.

      Moi j'y lis simplement une opposition à ceux qui disent que la preuve que Dieu ne veut pas d'homosexuels c'est que c'est comportement qui se retrouve que chez les humains!

      Ce n'est pas pour autant que tout ce qui se trouve dans la nature est sain! Mais je trouve que ça donne un autre éclairage sur ce débat.

      Supprimer
    3. Merci Laurent pour ton texte qui me parle beaucoup. En particulier, je garde ta dernière question, qui va beaucoup plus loin: pourquoi cette forme d'amour nous dérange-t-elle? Est-ce à cause d'habitudes socio-culturello-anthropologiques, ou pour des causes biblico-religieuses, ou... pourquoi ?

      Supprimer
    4. Et ne faisons pas intervenir l'argument de la "NATURE" là-dedans: qu'est-ce qui est naturel ou ne l'est pas? qu'est-ce qui est dans la norme ou ne l'est pas? Chacun n'a-t-il pas le droit d'exister tel qu'il est? Chacun n'est-il pas aimé INCONDITIONNELLEMENT par Dieu TEL QU'IL EST? ne sommes-nous pas tous pécheurs???

      Supprimer
  6. La Bible est marquée par le contexte dans lequel les textes sont nés. Les auteurs de celle-ci utilisaient les mots de leur vie quotidienne, de leur contexte, pour parler de leur relation à Dieu.
    L’utilisation de textes bibliques, qu’on met en rapport avec la question de l’homosexualité, se fait en règle générale d’une manière quasi-fondamentaliste. Or, un tel recours à la Bible est impossible et incohérent à la fois.
    Il n’y a pas qu’une seule manière de croire, il n’y a pas qu’une seule manière de lire !
    La Bible elle-même peut nous inspirer pour avancer sur un chemin qui lutte contre la discrimination, le rejet voire l’indifférence simulée !

    Autant de lecteurs….autant de lectures.

    Peut-être que le chemin difficile face à la question de l’homosexualité c’est d’oser travailler sur ses préjugés, ses peurs et le besoin de repères solides, sa propre histoire de vie, les relations qui nous ont construites ou détruites afin de libérer le souffle d’Amour absolu qui nous remplit et qui nous invite à l’amour de Dieu et de son prochain.

    Et pour ce qui est de la bénédiction des couples gays, j’aime à me rappeler que pour nous protestant :
    le mariage est d’abord un acte civil et public. L’Eglise protestante ne « marie » pas à proprement parler : elle donne la bénédiction de Dieu au couple marié civilement qui, pour des raisons personnelles de foi et de conviction, désire placer son union sous le regard de Dieu en communion avec l’Eglise universelle. Cette demande de bénédiction nuptiale exprime la joie et la foi des époux désirant fonder leur foyer sur les exigences et les promesses du Dieu révélé par les textes de la Bible. Le couple est appelé ainsi à devenir une cellule vivante de l’Eglise et à vivre selon l’Esprit Saint.
    Beaucoup plus que le passage à la mairie, le culte de bénédiction est l’occasion d’une grande et belle fête solennelle à l’Eglise à l’occasion de laquelle vous pouvez donner libre cours à votre créativité et à la diversité de vos goûts. D’une certaine manière vous indiquez par là que le mariage a aussi une dimension qui vous dépasse prenant son sens dans Celui qui est Tout Amour.
    Et donc, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais bénir une union de couples pacsés dans le civil, qui aurait envie pour des raisons personnelles de foi et de conviction, de placer leur union sous le regard de Dieu.
    De la même manière, nous reconnaissons le divorce et pouvons bénir une 2 ème union,
    différence d’avec nos frères catholiques par exemple.
    Est-ce que nous pourrions accueillir dans la simplicité nos limites ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie pour ton commentaire posé et prudent. Je crois comme tu le dis que cette question nous oblige à travailler sur nous-mêmes, sur nos histoires, nos besoins et désirs pour l'avenir (pour notre avenir et celui de l'Eglise), nos peurs aussi. Alors je fais un voeux pieux: que ce débat sur la bénédiction de couples homosexuels nous aide à mieux travailler en profondeur qui nous sommes et comment l'Evangile vient bousculer nos vies!

      Supprimer
    2. Madame Dépraz,

      C'est désolant de voir votre position sur la "bénédiction" des couples de même sexe et je vous laisse le soin de lire mon témoignage en dernière partie de ce blog !

      Que Dieu vous bénisse et vous parle encore après l'affront que vous lui faites en blasphémant dans une église ce qui est à ces yeux une abomination !

      Francis Chabloz, Ancien Homosexuel, Sauvé par le sacrifice de Jésus Christ sur la Croix et ressuscité afin que j'aie la Vie en Abondance, baptisé , Futur papa et bientôt marié ( à une femme je précise au cas ou il y aurait confusion ) !

      Supprimer
    3. Merci pour ce témoignage en faveur du soutien que Dieu ne manque pas d accorder a quiconque desire obeir a sa volonte. Car qu elle est sa volonte? N est ce pas la sanctification ? Oui ne dit elle pas aussi que la grace nous enseigne a renoncer a l impiete ?

      Supprimer
  7. De Jacques Mauler, Lutry


    Monsieur le «jeune pasteur»,

    Vous vivez dans une société qui, aujourd’hui, s’est donné par défaut une triste «way of life» en forme de philosophie minimaliste: encenser la «liberté individuelle» sans jamais évoquer son pendant obligé qu’est la responsabilité; prôner la facilité permanente plutôt que l’effort; et cultiver, surtout, le «politiquement correct», nouveau synonyme de la lâcheté verbale. A ce titre, vous avez donc plein d’excuses, et vous n’êtes de loin pas le seul à jouer dans ce concert «décado…phonique».

    Mais puisque vous avez décidé de vous exposer de manière totalement publique par un blog personnel (Ah ! cette façon qu’ont les gens d’aujourd’hui de croire que leurs considérations ont un intérêt cosmique) permettez à un «dinosaure» de la paroisse de Lutry – ancien responsable des JP d’Ouchy et ancien moniteur d’Ecole du Dimanche, tout de même… – de réagir vertement à votre article.

    Vous voulez comprendre et pouvoir bénir les couples homosexuels? Parfait! Mais n’est-ce pas mettre consciemment le doigt dans l’engrenage ? Vous le savez très bien sans le dire: l’étape suivante sera la bénédiction des mariages eux-mêmes. Comme le fait l’Eglise pour celles et ceux que le vocabulaire actuel définit du terme barbare d’«hétérosexuels», pour ne pas avoir à reconnaître qu’ils sont simplement normaux.

    Le bon Don Camillo, et avec lui une multitude de prêtres et de pasteurs, a déjà montré la voie. Il faut, bien sûr, aimer le pécheur comme notre prochain. Mais surtout, ce faisant, il faut veiller à toujours haïr le péché, en ne transigeant jamais sur ce point.

    La distinction alambiquée que vous faites entre homosexuels «qui cherchent des aventures» et homosexuels formant des couples frappés au sceau «de l’amour et de la fidélité» ne peut exister que dans les têtes mal faites, comme la vôtre ou celles du Conseil synodal, qui mélangent tout parce que cela les arrange. Quelle opportuniste casuistique!

    Allons-nous nommer des commissions ou des «groupes de travail» pour jauger la valeur d’une déclaration d’amour ou de fidélité entre gays? Y aura-t-il bientôt des inspecteurs ecclésiastiques dans les chambres à coucher (à deux ou à plusieurs…) de ceux qui se sont soi-disant tout promis?

    En réalité, cette distinction rhétorique dénote l’appartenance de votre texte à la plus grande compromission de nos temps modernes: surtout, ne pas vouloir apporter les réponses simples, bonnes et fermes qui s’imposent face aux problématiques qui nous assaillent. L’Eglise est pourtant un phare. Elle doit le rester. Elle ne s’en portera que mieux.

    (A suivre…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Mauler,

      Merci pour votre réponse incendiaire: ouf, mon ordinateur ne s'est pas encore mis à brûler. ;-) Plus sérieusement, j'entends tout à fait votre colère et votre déception qu'un ministre puisse prendre une telle position, mais c'est aussi cela l'Eglise universelle: tous à la suite du Christ, mais chacun avec nos convictions, nos différences, notre vision de l'Evangile. Permettez-vous de réagir brièvement à votre première partie.

      1) Vous parlez de la distinction que je fais entre "homosexuels qui cherchent des aventures" et "homosexuels formant des couples frappés au sceau de l'amour et de la fidélité", injuriant mes parents pour avoir mal fait ma tête ;-) N'est-ce pas une réalité qui change bien de choses? Que pensez-vous des couples hétérosexuels libertins? N'est-ce pas réducteur de vouloir mettre tous les homosexuels du côté des pécheurs ? Jésus, qui passait son temps avec les rejetés de la société de son temps, avait compris que le monde est plein de nuances... Bien sûr, l'Eglise doit avoir une place, une voix prophétique dans le monde, sans suivre à tout prix les moeurs du monde. Mais peut-on réellement se comporter comme les Pharisiens?

      2) Les réponses, pour vous, sont "simples, bonnes et fermes": vore monde est-il dépourvu de nuances? Dans mon monde, rien n'est simple, ni défini de toute éternité. Et l'Eglise en premier lieu: SEMPER REFORMANDA. Nous suivons le Christ, du mieux que nous pouvons, en témoignant de l'amour de Dieu pour ses enfants. Le reste, pour moi en tout cas, n'est pas aussi simple que vous le dites. A mon sens, notre réalité post-moderne ne se réduit pas à des solutions "simples, bonnes et fermes"... (suite après)

      Supprimer
  8. De Jacques Mauler, Lutry

    Commentaire 2e partie

    Une chose est sûre: la Parole est claire, et ce n’est pas à vous que je vais rappeler les innombrables textes et références donnés dans l’Ecriture Sainte à propos des unions contre nature. Vouloir s’accommoder de cette Parole à coups de circonvolutions même éclairées (par qui? par quoi?) relève tout simplement de l’hérésie. En Europe, au fil de ces derniers siècles, on a brûlé des gens pour moins que ça.

    Si les textes bibliques concernant les pratiques contra naturam (certes vieux de plus de 2000 ans) sont parait-il trop anciens pour être écoutés et suivis à la lettre, alors faites-nous aussi le plaisir de «remastériser» les récits de la Nativité ou de la Passion! Peut-être en effet, seront-ils bientôt jugés comme désuets? A suivre…

    En conclusion ? Si elle suivait cette voie de la bénédiction des couples pacsés, l’EERV serait en plein égarement. Ce n’est pas en faisant du prosélytisme auprès des dévoyés de ce Monde – dans lequel sont les chrétiens, mais duquel ils ne sont pas - que notre Eglise prendra correctement soin de tous ceux qui la composent aujourd’hui. Deux «fidèles» de gagnés… pour combien de paroissiens perdus parce qu’écoeurés? Que ceux qui cherchent à remplir à tout prix les temples de demain se livrent aussi à ce petit calcul.

    Comme demandé dans votre blog, je serai donc gentil: pour commenter vos lignes, je ne parlerai ni de blasphème, ni de trahison envers les enseignements bibliques dont vous êtes pourtant, vous pasteurs, censés témoigner.

    Mais quel grave constat, quel grand malheur de découvrir qu’au lieu de sanctionner comme il se devrait votre provocation supplémentaire, l’autorité compétente (s’il y en a encore une dans notre EERV) s’apprête au contraire à amorcer, voire à consacrer la déviance.


    Jacques Mauler, Lutry


    P.S. : Finalement, je crois bien que j’aurais préféré vous lire en tant que confrère journaliste dans la rubrique sportive d’un quotidien local, dont la prose, moins dangereuse, est heureusement éphémère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1) Encore une fois, il me semble que la Parole est tout sauf claire. Et ce serait, pour moi, une vision réductrice que de lire le texte littéralement avec nos traductions approximatives pour en faire des lois morales absolues. Ne projetons pas dans la Bible ce qui n'existait pas à l'époque!

      2) la question, pour moi,ne concerne en rien le "prosélytisme" dont vous parlez, et encore moins "remplir à tout prix les temples de demain", comme vous le dites. C'est une autre problématique dont vous parlez, ne confondons pas tout! L'enjeu ici est celui de l'accueil des couples homosexuels dans l'Eglises, sous le regard de Dieu. Vous avez le droit de les en exclure, mais ce n'est pas une question de nombre!

      3) Je vous inviterais à écrire à l'autorité compétente (Conseil Synodal) pour exposer vos griefs. Il serait intéressant de voir leur réponse.

      4) Merci encore pour votre prose qui, si elle ne me semble pas "dangereuse" (nous sommes dans un débat, n'est-il pas?), ne me semble pas moins également "heureusement éphémère".

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Salut Benjamin!

    Merci pour ton bel article. Je partage ton opinion! Quelques remarques de détails...

    - Il me semble nécessaire d'accueillir les homosexuels dans l'Eglise, et de leur accorder une place. Mais pas à n'importe quel prix! Notre but, notre seule raison d'être, est de proclamer l'Evangile, pas de nous adapter aux circonstances. Le projet du Conseil Synodal doit tenir compte des fondements bibliques de tout rite. La bénédiction des couples homosexuels nécessite une réelle réflexion, pour ne pas tomber dans une "copie" de mariage, qui perdrait tout son sens, comme tu le dis.

    - Tu es très soft quand tu parles des passages bibliques condamnant l'homosexualité! ;-) Dans le Lévitique, ils sont issus d'une réglementation très stricte qui, si elle était appliquée telle quelle, conduirait à lyncher les adultères...
    Il me semble que Jésus-Christ nous invite à réfléchir sur les lois reçues (pour ne pas dire qu'il s'assied joyeusement sur une tapée de préceptes), afin de nous concentrer sur l'humanité, la vraie. Déjà à l'époque, ça n'a pas plu aux rigoristes... eh bien, marchons à sa suite! =)

    C'est tellement dommage que certains confondent débat d'idées avec attaques personnelles. Je ne vise personne en particulier, bien sûr.

    Amitiés,
    Noriane, théologienne en herbe de son état

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nono pour ta réponse! Il me semble que tu touches juste, en particulier sur le premier point. La liturgie devra(it) à mon sens (comme pour la question des bénédiction de catéchumène et confirmations dans le même culte) être suffisamment claire pour éviter de confondre mariage et bénédiction de couple homosexuel pacsé. Affaire à suivre, donc...

      Supprimer
    2. et pour le 2ème point, quelques mots du contexte :
      Le terme même d'homosexualité est une invention moderne datant du XIXème siécle, pour lequel ni l'hébreu biblique ni le grec du Nouveau Testament ne connaissent d'équivalent.
      Lorsque certaines traductions bibliques utilisent, pour certaines passages, le terme d'homosexuel, il s'agit d'un anachronisme dangereux. Pour la conception de la sexualité des auteurs bibliques, comme d'une manière générale dans le proche-Orient ancien, celle-ci est l'expression même de l'ordre social à l'intérieur duquel les rôles des hommes et des femmes sont clairement distingués. Il faut se souvenir que le mariage, par exemple, est une obligation et a davantage à voir avec une transaction commerciale qu'avec l'amour.
      La sexualité est d'abord, pour l'ancien Proche-Orient, une question de rôle et de genre.
      L'homme est actif et dominant, la femme est passive et soumise; le rapport sexuel doit donc refléter cet ordre des choses.
      C'est pourquoi, il est inconcevable d'imaginer un rapport sexuel entre deux hommes ou deux femmes de position sociale égale, car cela signifierait qu'un des deux partenaires assume un rôle qui n'est pas le sien. Par contre, on atteste de nombreux viols homosexuels : le problème n'était pas le même, étant donné que la domination était respectée et qu0il n'y avait pas d'égalité. De même un homme libre pouvait avoir des relations homosexuelles avec un esclave.
      N'y a-t-il pas là matière à changer nos regards concernant les personnes homosexuelles ?

      Supprimer
    3. Jean-Jacques Corbaz31 octobre 2012 à 12:23

      Super, Noriane!
      J'aime beaucoup!

      Je te félicite pour ta clarté et ton courage, comme Sylvie et Benjamin.

      Supprimer
  11. Anonyme (Parce que pas possible autrement) 1ère partie9 octobre 2012 à 05:34

    Et bien…

    Laissez-moi simplement vous conter l'histoire d'un homme de 40 ans. Homosexuel sans l'avoir choisi... Parce qu'on ne choisit pas !

    Un homme qui au printemps de son adolescence se découvre attiré par les hommes...
    Un homme qui ne sait pas quoi en faire, puisque dans les années 80 être gay, c'est encore être un paria, un pervers et un probable pédophile.

    Il a 14 ans à ce moment-là cet homme... Et il est tout seul avec son besoin d'aimer et d'être aimé...
    Il a 14 ans et à chaque fois que son coeur le porte vers un sentiment d'amour pour un autre homme, il se sent sale, fautif, tordu.
    Alors il a envie de mourir, rapidement.
    A quoi bon vivre ? Puisque l'amour, cet amour même qui construit tout humain, est chez lui une abomination (comme écrit dans l'AT).

    D'ailleurs, que n'a-t-il entendu comme abominations cet adolescent! Mais pas de ces abominations gravées dans le texte de la Bible. Non ! Des abominations jetées à la figure : "Ils n'ont qu'à se suicider ces PD, ça en fera toujours un de moins" , "Si j'ai un petit-fils PD, il ne passera plus le seuil de ma porte !", "De toutes façons c'est tous des pédophiles, il faut les fusiller !", "Mon fils, j'aurais mieux fait de ne pas te faire !".

    Alors le petit gars de 14 ans grandit comme il peut...
    Il ne se suicide pas, parce que ce serait donner raison à ceux qui, au nom de l'Amour, lui refuse le droit d'aimer et d'être aimé.

    Il choisit plutôt de vivre et essaie de devenir un homme juste, joyeux et porteur d'Amour.
    Parce qu'au fond de son infinie solitude d'adolescent gay, il y en a un qui est venu, sans peur. C'est Dieu qui l'a rejoint pour lui dire : "Moi je t'aime, tel que tu es ! Tu es beau ainsi mon enfant, ne laisse pas la peur des autres t'abimer ni te tuer !"

    RépondreSupprimer
  12. Anonyme (parce que pas possible autrement) 2ème partie9 octobre 2012 à 05:36

    Et Dieu reste ! Avec une fidélité sans failles !
    Ils cheminent ensemble, passent les temps de joies et les temps de désespoir ensemble...
    Car malgré cela, ce jeune de maintenant 18 ans est encore interdit d'aimer. Si cela se savait dans sa paroisse et dans son groupe de jeunes, il faudrait immédiatement prier pour le guérir ! Mais le guérir de quoi bordel ? De l'amour que Dieu a déposé en lui ?
    Jolie prière chrétienne, en vérité...
    La vie se poursuit, il reste seul et apprend le prix de l'Amour !
    Beau prix... mais coûteux !

    Et Dieu, toujours aussi plein d'humour, l'appelle ! "Deviens pasteur !"
    Là il pense devenir fou celui qui est maintenant un tout jeune adulte...
    Il refuse, évidemment ! "Je suis gay, pédé, tarlouse, tapette... Je ne suis pas digne d'accueillir une vocation !"
    Et Dieu de recommencer, sans cesse : "Deviens pasteur !"
    Alors il finit par accepter ! On ne dit pas "non" à celui qui vous a sauvé la vie et qui vous offre une telle confiance !

    Et là encore Dieu accompagne !
    Les études se font, puis le stage, puis la consécration...
    Combats intérieurs, peur d'être découvert, amours impossibles et chagrins à cacher toujours...
    Voilà le quotidien de sa vie de jeune pasteur.

    Mais Dieu pourvoit !
    Il bénit son ministère. Et des fruits jaillissent, beaux, joyeux, heureux, vivants !
    Car ne pas utiliser tout cet Amour déposé en lui, quel gaspillage c'eut été !

    Cet homme d'aujourd'hui 40 ans, pasteur par la grâce d'une vocation adressée par Dieu et reconnue par l'Eglise, est heureux, malgré la haine qu'on lui a faite !
    Et il a compris une chose essentielle : Son malheur n'est pas dans le fait d'être gay. Son malheur est le fruit de la condamnation placée sur lui par ceux qui, nourris d'Evangile, auraient dû l'aimer... et ne l'ont pas fait !

    Et vous savez quoi ? Il a simplement envie d'aimer et d'être aimé aussi par un homme de chair et de sang. Qu'y a-t-il d'étonnant à cela ? N'est-ce pas le désir placé par Dieu en chacun de nous ?

    Cet homme c'est moi, évidemment ... Mais ça vous l'aviez déjà compris !
    Alors pourquoi me refuserait-on le droit de me présenter devant Dieu et mes frères et soeurs au côté de l'homme que j'aimerai un jour ? Qu'y a-t-il de pervers et de sale dans mon Amour ?
    Dieu, lui, semble ne pas avoir trouvé !

    Alors que continuent de persifler et de condamner, les oiseaux de mauvaise augure !
    Dieu lui-même, aime déjà mon Amour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre témoignage qui me touche beaucoup... C'est un bel éclairage de l'intérieur avec toutes les blessures et difficultés inhérentes à votre position. Merci de nous rappeler tout cela... Je vous souhaite une vie bénie et un ministère tout aussi béni, là où Dieu vous appellera...

      Supprimer
    2. Oui, merci pour ce magnifique témoignage qui m'a tiré les larmes, tant il me rappelle la souffrance de mon propre chemin !

      Tant d'années de refoulement, de culpabilsation...
      avant de me comprendre accepté de Dieu...
      mais plus que jamais rejeté par les miens...

      Oui, moi aussi j'espère pouvoir un jour me présenter devant Dieu et mes frères et soeurs au côté de celui avec qui j'espère passer le reste de vie terrestre.

      Supprimer
    3. Simone Groux Merci pour ce beau témoignage. Que Dieu vous remplisse de sa PAIX et de Sa JOIE au quotidien, qu'Il bénisse votre ministère et vous préserve du découragement.

      Supprimer
  13. Bonjour et merci de vous mouiller pour ceux et celles qui doivent trop souvent vivre dans l'ombre. Je me permets de vous partager cette lettre que j'ai envoyée pour l'occasion aux amis de Suisse :
    "Chers Amis et Connaissances,
    dans moins d'une semaine, l'EERV votera sur une possible bénédiction pour les couples de mêmes sexes. Depuis l'Espagne où je vis actuellement, j'aimerais vous encourager à appuyer cette décision.

    J'ai fait mon coming-out depuis 6 ans déjà. Mais durant les 25 ans qui ont précédés, j'ai lutté contre moi-même au nom d'une foi que je croyais hostile à ma condition homose
    xuelle. J'ai fait de tout : thérapies plus ou moins traditionnelles, entretiens pastoraux, groupes de prière, rien ne m'a jamais "guéri" d'être moi-même.

    J'ai souffert intérieurement beaucoup, j'ai aussi beaucoup appris : je remercie Dieu aujourd'hui d'avoir pu faire un détour par le chemin de Saint Jacques pour me permettre de me rencontrer moi-même, d'avoir gardé de bonnes relations avec Esther qui est une femme remarquable et d'avoir pu retrouver un travail ici comme professeur de français pour pouvoir subvenir à mes besoins ainsi qu'à ceux de mes enfants. En faisant mon chemin vers la lumière, j'ai dû payer les conséquences de mon choix professionnel antérieur : il était pour moi hors de questions de continuer à me cacher dans une quelconque structure d' église. Il en allait de ma propre éthique personnel : pour moi, l'Évangile est et restera toujours sincérité.

    Mais que de souffrances inutiles au fond. Et pas seulement pour moi mais aussi pour toutes les personnes de mon collectif qui cherchent simplement à être heureuses et honnêtes, dans la vie comme dans l'église.

    Aujourd'hui, comme à l'époque de la question de l'ordination des femmes pasteurs, les objections bibliques recomment à pleuvoir : comme nous avons la mémoire courte! Il est pourtant relativement simple de comprendre que la personne de l'homosexuel n'existe pas en tant que tel dans la Bible, de même que n'y existent pas les droits de l'homme et du citoyen. Des pratiques sexuelles y sont considérées comme mauvaises, mais, alors que manger du boudin ou avoir des relations sexuelles hors mariage, bien que le premier concile de Jérusalem le prohibe, ne gène plus personne aujourd'hui, on invoque je ne sais quelle notion d'altérité barthienne pour faire de nous des narcissiques qui seraient incapables de tisser des relations vivantes et équilibrées avec notre entourage.

    Peu importe, je crois. Car l'Esprit de la lettre, ce n'est pas la condamnation ou le jugement , mais la Parole qui libère. Elle fait son chemin, invicible, parce qu'amour.

    Je n'hésiterais pas à le dire : accepter mon homosexualité a été pour moi l'expérience spirituelle et humaine de libération la plus forte que j'aie jamais vécu jusqu'à présent. Mais voilà, chose incroyable, après toutes ces années de lutte intérieure pour obtenir ma licence, pour me former comme Pasteur, ces 5 années passées à Concise, les 4 années passées à lutter pour monter une maison d'acceuil, l'église, cette "maison de Dieu" dont je lisais, intrigué, le nom sur une foto jaunie de mon enfance (elle montrait un couple marié devant le Temple de Vers-l'église!), ne me proposait plus le choix qu'entre la quitter ou rester en y mentant.

    Malgré toute les épreuves, les doutes, pourquoi ne pas le dire même l'envie de mourir par moments, j'ai continué à espérer en l'Invisible, et curieusement aussi à croire que cette "pauvrette" église reste dépositaire d'un témoignage de vie pour toutes et tous. C'est le pourquoi de ma lettre qui veut vous inviter au courage d'un Évangile qui se renouvelle constamment, pour l'amour du prochain.
    Je prie donc pour que soyez animé par cet Esprit de courage et de nouveauté dans la semaine que vient.
    Bien à vous, votre frère et ancien confrère,
    Alain Brouze

    RépondreSupprimer
  14. Je me demande bien si Luther aurait publié ses fameuses thèses si il avait fait passer le souci de l'unité avant ses convictions évangéliques et son amour de la vérité...

    RépondreSupprimer
  15. Bien vu Anne-Sylvie!

    On se demande aussi ce que signifie cet argument des opposant, dans Le Temps d'aujourd'hui, peut bien signifier: "Les auteurs craignent par ailleurs les tensions œcuméniques et les divisions provoquées par ce thème. L’Eglise catholique, les Eglises orthodoxe et évangélique sont contre les unions homosexuelles."

    En gros, l'œcuménisme, c'est donc ne rien faire autrement que les autres. Alors à quoi bon exister en tant qu'église réformée?

    RépondreSupprimer
  16. Aterré, détruit par la très probable acceptation de la Bénédiction du marige des homosexuelles et des gays. L'adaptation de l'"église" aux modes et états du monde n'est pas acceptable ! Le peuple des protestants de ce canton non pas été consulté ! Selon 24heures de ce samedi 3 novembre 11h30, 1400 personnes se sont exprimées, 60 % sont opposées à cette bénédiction. Le Synode n'est pas l'Eglise L'EERV n'est représentative de la foi dans ce canton. Evidement la faculté de théologie vaudoise est en pleine déliquesence et ses professeurs professent et sèment le bon et le mauvais grain. Triste à pleurer et je pleure vraiment "le tout" et
    ce qui me semble "le n'importe quoi". Je ne veux plus rester dans cette Eglise là. Au fait que fait cette "église" dans ma situation ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûr d'avoir la réponse à toutes ces questions, mais je vais essayer. Tout d'abord en vous disant que je suis désolé que cette possible acceptation du synode de l'EERV provoque tant de maux en vous.
      Ensuite, c'est évident que l'EERV ne représente pas la foi de l'entier du canton, mais une partie importante des protestants du canton se sent proche de l'EERV, même si ça ne dit toujours rien du fonds de la question de ce débat!

      Vous n'avez plus envie de rester dans cette église, et bien honnêtement je le regrette, car je crois que vous y avez votre place. Ce qui débouche sur une autre question, quelle est notre place dans notre Eglise?
      Est-ce que notre place c'est celle de savoir tout sur toutes les questions d'amour, d'accueil, de moeurs et de bénédictions?
      Ou est-ce que notre place c'est de cheminer ensemble avec des idées qui sont différentes, des points de vues qui sont partagés mais avec l'idée de former ensemble une communauté qui croit au Christ, à son amour incomparable.
      Une communauté qui fasse chemin qui parfois prend des décisions que je ne comprends pas, dont je ne partage pas toujours le point de vue mais pourtant une communauté qui accepte l'autre tel qu'il est et qui l'encourage à faire communauté avec lui pour ensemble marcher sur les traces du Christ.
      (Je crois que le jour où je partagerai tous les points de vue de l'Eglise et où je me retrouverais dans toutes ces décisions ce sera le Royaume de Dieu)
      Je ne peux pas vous dire ce que l'Eglise devrait faire pour vous, car je ne suis pas vous. Je peux simplement vous dire que je crois que l'Eglise essaie d'accompagner tout le monde, de cheminer avec ceux qui en ont envie. ça ne veut pas dire que l'Eglise prendra toujours les bonnes décisions mais ça veut dire que dans l'Eglise des gens essaient de vivre selon ce qu'ils comprennent de l'amour de Dieu et que si vous aussi vous avez envie de cheminer, de partager qui vous êtes et ce que vous croyez vous avez votre place dans cette église même si vous n'êtes pas d'accord avec toutes les décisions prises par notre Eglise.
      Et c'est avec ces mots que j'ai envie de vous répondre, l'Eglise vous offre son accueil tel que vous êtes, à vous maintenant de savoir si et ce que vous avez envie d'offrir à notre Eglise.
      L L

      Supprimer
    2. Joli paradoxe dans votre réponse: vous refusez l'idée que l'Eglise s'adapte au monde, puis vous vous appuyez sur un sondage (du monde) pour dire ce que l'Eglise doit faire.

      Supprimer
    3. A Anonyme ci-dessus /Je n'ai jamais dit que l'EERV devait suivre les votants de 24h. C'est une information. Le synode de l 'EERV (59 persones) qui s'est placé au-dessus de la volonté de Dieu. "J'y ai une place" dites-vous, J'ai eu une place de responsable dans ma paroisse durant plus de 30 ans et notamment comme conseiller paroissial puis président de ce dernier, travaillé à la mise sur pied d'Eglise A Venir, puis délégé au Coneil régional également. Si j'indique cela ce n'est pas pour me glorifier, mais pour dire que j'ai une expérience dans la foi qui ma soutenue. Je crois en la Parole de Dieu et je ne trouve pas ce qui peut justifé la décision de 59 personnes qui ne sont pas représentatives de l'EERV. Ce débat est stérile. Je ne donnerai plus ma dîme à l'église, mais à des oeuvres qui sont dans la ligne de ma foi: Portes Ouvertes - PPP - Centre social protestant. Je ne souhaite pas poursuivre se débat ! Selon l'EERV je ne suis plus dans la course ! Je conserve ma connaissance des Ecritures. Je prèfère être au fond de l'église et de ne pas m'avancer devant celle-ci pour me mettre en valeur. (Passage connu dans la Bible)

      Supprimer
  17. Pour qu'un débat respectueux continue: http://synode.eerv.ch/

    RépondreSupprimer
  18. Je remercie Benjamin d'avoir amorcé ce débat qui m'a permis de clarifier ma position. Celle-ci est celle du Synode.
    Je suis une femme qui a élevé des enfants sans jamais enfanter. Je suis diacre suffragante occupant un poste en paroisse. Bibliquement parlant, je suis stérile (Qu'attendre d'un figuier stérile) !
    Ma prière identique à celle d'Anne, maman de Samuel n'a pas été exaucée. Bibliquement parlant Dieu appelle des hommes au service de la Parole.
    Je me demande comment l'église d'alors a reçu la décision du Synode (je présuppose) de la possibilité pour des femmes de devenir pasteure consacrée ? Puis plus tard, ouvrir la chaire pastorale à des diacres hommes et femmes consacrés ?
    Je ne crois pas tout mélanger...

    RépondreSupprimer
  19. Claire-Lise Corbaz18 novembre 2012 à 08:20

    A propos de l’article paru sous le lien http://www.24heures.ch/vaud-regions/decision-benir-unions-homosexuelles-divise-paroisses/story/23491513

    Ni mariage, ni bénédiction ne sont retenus par le Synode, mais l’offre d’un acte liturgique qui reconnaisse ceux et celles que la société officialise déjà par le PACS.
    Les opposants prétendent que l’on trahirait la Parole de Dieu en se laissant voguer dans l’air du temps? La réformée en moi s’indigne, car je me réclame de cette Parole, du Christ que nous suivons, et dans son Evangile, qui promeut un amour pour chacun/e tel qu’il est. Jésus n’a-t-il pas usé de gestes et de paroles pour réintégrer dans la communauté les « laissés-en-marge » de toutes sortes? Autre éclairage : Genèse 2, 18-24, qui évoque la création de l’humain homme et femme, n’oriente pas d’abord, disent les rabbins, vers la différence sexuelle et la procréation, mais vers la relation, le vis-à-vis, indispensable à notre accomplissement, dans cette « chair de ma chair » qui appelle l’autre à être un « plus que soi-même ». Si nous sommes créés différents pour entrer dans une dynamique de vie, l’altérité ne se réduit pas à un genre ou à une attribution sexuelle.
    C’est donc l’exigence de la Parole, toujours réinterprétée dans son esprit, qui éclaire la réflexion dans l’Eglise autour d’un rite qui « relie », (définition même de la « religion »!) l’amour humain à Dieu et à l’autre.
    Si vous souhaitez lire la Bible au pied de la lettre, alors pourquoi ne vendez-vous pas votre fille comme servante (Ex. 21,7), ne possédez-vous pas d’esclaves exclusivement achetés dans les nations voisines (Lév. 25,44) et ne condamnez-vous pas à mort votre voisin qui travaille le jour du repos, selon Ex. 35,2 ? et finalement…ne faites-vous pas taire les femmes qui prennent la parole dans les assemblées, comme Paul l'a préconisé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Claire-Lise ! Quelle sagesse et quel amour du prochain ! En droite ligne de ce que Dieu attend de nous, croyants.
      Totalement d'accord avec toi et heureuse de faire partie de l'EERV, qui, sauf erreur, n'est pas une communauté de gens parfaits ? Sinon, je devrais aller voir ailleurs...
      Pourquoi les personnes qui lisent "à la lettre" certains passages de l'AT, ne se référent-elles pas aussi et plutôt aux paroles de Paul en II Cor. 3 ?
      Alors voilà mon message à toutes et tous en ce temps de Noël : essayons de lever le voile qui recouvre notre intelligence pour refléter la lumière du Christ !
      Merci, chère Claire-Lise.
      Bien amicalement à toi.
      Claudine Barc

      Supprimer
  20. Francis Chabloz, Ancien Homosexuel, Sauvé par le sacrifice de Jésus Christ sur la Croix et ressuscité afin que j'aie la Vie en Abondance, baptisé , Futur papa et bientôt marié ( à une femme je précise au cas ou il y aurait confusion ) !

    Francis Chabloz, Ancien Homosexuel, Sauvé par le sacrifice de Jésus Christ sur la Croix et ressuscité afin que j'aie la Vie en Abondance, baptisé , Futur papa et bientôt marié ( à une femme je précise au cas ou il y aurait confusion ) !

    Bonjour à tous,

    Tout d'abord avant de vous partager mon témoignage sur ma relation avec Dieu, voici en quelques mots ce que je viens de vivre à l'église protestante de Bussigny aujourd'hui.

    Après la lecture de vos différents points de vues et suite à la "confirmation" et aux "baptêmes" auxquels j'ai assisté à l'église protestante de Bussigny, j'ai googlé Madame Sylvie Dépraz afin de savoir quelle était sa position au sein de l'EERV concernant le "mariage" gay !

    Et je n'ai pas été surpris de la réponse, car d'après ce que j'ai entendu et vécu ce matin, l'église de Bussigny dans laquelle officie Madame Dépraz semble être une église morte !

    Et je trouve affligeant de voir comment on "adapte" et on transforme une relation avec Dieu ( cela s'appelle la Foi ) en religion ( obligation de confirmer même si l'on ne croit pas en Dieu - obligations "d'acheter son passeport pour le Ciel" ) comme entendu de la bouche des confirmants ce matin même ! En fait l'évangile prêché est celui du New Age ! A quand un prêche sur les petits nains de la forêt et les elfes ? En effet, on croit si on veut et si on confirme que l'on est athée et que l'on ne croit pas en Dieu encore, cela va aussi !

    Et au lieu de baptême , on offre une mascarade donnant la possibilité aux gens d'avoir l'illusion d'être sauvés !

    Il n'a pas été question une seule fois dans ce culte de nouvelle naissance par le baptême ni une seule fois mentionné que nous sommes sauvés lorsque nous avons accepté Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur de nos vies et encore moins que nous sommes sauvés car Il est mort et ressuscité le troisième jour afin que nous ayons la vie !

    Et ce n'est pas étonnant car au vu de l'exemple des pasteurs et de ce qu'ils confessent ( une pensée mais en aucun cas une relation vivante avec Dieu ) les églises se vident !

    L'homosexualité n'est pas un choix, ni une maladie, c'est une malédiction ( on ne choisit pas une malédiction ) et seule la vraie repentance envers Dieu peut changer ceci ( car Jésus a porté nos maladies et s'est chargé de nos douleurs en mourant sur la croix pour nous sauver ! ) .

    Et en tant qu'ancien homosexuel, que pouvez-vous dire du passé et des gens qui ont vécus ça ? Et qui le vivent ? Et surtout qui se sont laissés renouvelés par le Saint-Esprit dans leurs pensées ?

    J'ai mis devant toi la mort et la Vie,la bénédiction et la malédiction, choisit la Vie afin que tu vives !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous trouverez ci-dessous mon témoignage qui comporatait trop de caractère ( comme moi ) pour être affiché sur ce blog !

      Voici mon témoignage :

      33 ans, futur marié, futur papa ... et encore célibataire !

      J'ai grandi dans une famille fréquentant une église darbyste légaliste et je me suis éloigné de Dieu par dégoût suite à de longues lectures et méditations entre autre pendant les vacances alors que nos cousins partaient à la plage se baigner !

      J'ai alors quitté l'église et toute forme de rassemblements chrétiens.

      Après mon apprentissage d'ébéniste, je me suis rendu compte que j'étais attiré par les mecs.

      Je me suis mis à sortir vers l'âge de 22 ans dans le milieux gay et j'ai fait mon coming out .

      Ma mère n'a jamais cessé de prier pour moi et mon parcours fût jalonné de bénédictions diverses et variées!

      Je suis rentré à L'Ecal en Design industriel sans Bac ou Maturité professionnelle, en première année, je suis le seul de ma volée à remporter le premier prix d'un concours de design à Londres.

      En sortant de l'Ecal, je travaille comme designer de produits avant d'ouvrir une Galerie de Design contemporain à Genève avec un ex-jamais-associé.

      Je quitte la galerie, expose une première fois à Milan et vends un lustre Requin à un collectionneur , ( autre miracle me sortant de mes dettes ).

      L'année passée, j'ai quitté mon copain , avec qui j'étais pendant 8 ans, puis je suis sorti avec un amant, cocaïnomane, alcoolique et dépressif profond, qui pratiquait de la magie noire.

      A ce moment tout bascule, je ne vends pas un de mes lustres requins, ( pourtant avec plusieurs clients potentiels fortement intéressés ).

      En décembre j'emménage dans un atelier d'artiste de la Ville de Lausanne au Parc Mon Repos, superbe bâtisse classée.

      En février, j'acquiers une machine de découpe 2D et 3D.

      Celle-ci ne fonctionne pas, et la radio que j'écoute s'arrête parfois et dès que je la fais repartir celle-ci démarre au ralenti.

      Je me suis alors posé des questions concernant mon atelier et j'ai demandé à ma mère et une des ses amie, convertie et ayant touché à des pratiques occultes de venir dans mon atelier afin de prier.

      Celle-ci est venue, nous avons priés ( enfin ma mère... pas moi ) afin que je puisse travailler en paix dans cet endroit.

      Cette amie, m'a alors conseillé de voir Michel Renevier, ayant un ministère de délivrance des endroits et des personnes.

      Il avait une place de libre juste avant mon départ pour Milan ( autre miracle ), et je lui raconte alors mon histoire en commençant avec mon histoire familiale.

      Supprimer
  21. Deuxième partie et fin :

    Ma grand-mère, darbyste , et cliente fréquente de rebouteux et guérisseurs, n'a jamais accepté mon père comme fils mais aurait voulu une fille.

    Elle habille mon père comme une fille lorsqu'il est petit.

    Michel Renevier me regarde et me demande alors si Papa est homosexuel, je lui réponds que non, mais moi oui....

    Alors il m'a annoncé que j'étais sous le coup d'une malédiction.... Nos avons prié et depuis ce moment , j'ai accepté Jésus comme mon sauveur et Seigneur et je me suis remis à prier.

    C'est à ce moment aussi que je suis venu pour la première fois à C3 et je remercie toutes les personnes qui ont prié pour moi !

    Milan fût ma première foire de design comme exposant avec pleins de bénédictions !

    - le stand le plus lumineux de ma rangée

    - un rayonnement intérieur qui a attiré la presse, la télévision italienne

    - un éditeur que Dieu m'a envoyé quand j'étais démoralisé !

    Dieu est en train de transformer mon coeur et c'est les derniers mois les plus rock'n'roll que j'ai vécu !

    Enfin je terminerai avec deux versets de la Bible:

    2 Corinthiens 3:18

    Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit.

    Après ce changement radical ( on appelle ça repentance au cas ou les pasteurs de l'église réformée ne le savent pas ) , j'ai vécu de nombreuses guérisons de blessures liées au passé de mon père ainsi qu'au manquement d'affection paternel et l'amour paternel que je n'ai pas reçu, je l'ai reçu de mon Père céleste !

    Je souhaite à tout les homosexuels "chrétiens" de quitter cette église que même Dieu abandonne au vu de la Folie qu'ils sont en train de prêcher et de défendre !

    Ils verront alors leur Vie être transformées et renouvelées par le Saint-Esprit !

    La cause des gays n'a pas à être défendue car si celle-ci était légitime elle n'aurait même pas besoin d'être défendue et moi-même ayant été gay , je n'ai jamais participé à des gays pride (avilissantes et rabaissantes et comparables à un défilé d'animaux du cirque Knie ) avant que des hétéros-pride soient organisées !)

    Notre culture a accepté deux énormes mensonges.
    Le premier est que si vous êtes en désaccord avec les habitudes de vie de quelqu'un, vous devez les craindre ou les détester .
    Le second est que d'aimer signifie être d'accord avec tout ce que les gens pensent, disent, ou font.
    Les deux sont des non-sens.
    Vous n'avez pas à compromettre vos convictions pour faire preuve de compassion.

    On peut donc en tant que croyants aimer les homosexuels sans approuver leur pratiques ( je vous rappelle que j'en étais un ) !

    Que Dieu vous bénisse et vous ouvre les yeux, ça c'est de l'amour et pas une acceptation de voir un troupeaux de moutons inexpérimentés se jeter dans le vide en suivant des pasteurs aveugles !!!

    Francis Chabloz

    RépondreSupprimer
  22. Merci, cher Monsieur, pour votre témoignage touchant. Je suis heureux de voir que vous vivez dans la joie du Ressuscité. Qu'il puisse continuer à habiter votre vie et illuminer le monde pour Sa gloire.

    Je vous rappelle toutefois que ce blog est un espace de parole qui essaie de rester courtois (en particulier envers Mme Dépraz, ce pas le lieu ici pour régler des comptes) et polis, dans la conviction que nous faisons tous partie de la même famille, quelle que soit notre position. Bien sûr, dans une famille, on a le droit de ne pas être d'accord, mais on a le devoir de se respecter. Merci donc de faire preuve de courtoisie et de respect dans vos interventions.

    Que Dieu vous bénisse et bénisse aussi nos désaccords, car c'est en cheminant que l'on se rapproche de Dieu, non pas en assénant des vérités enfermantes.

    Avec mes salutations fraternelles,

    Benjamin Corbaz, pasteur (si, si!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Corbaz,

      je vous remercie pour votre réponse et en effet, j'aurais dû user des fruits de l'Esprit qui sont entres autres, la tempérance et la bienveillance !

      Je m'excuse donc auprès de vous ainsi que de Madame Dépraz pour mon vocabulaire passionné !

      Et pour reprendre votre analyse au sujet que la Bible ne soit pas très clair à ce sujet, un texte du nouveau testament donne une idée des conséquences que de tels chemins provoquent .

      Voici un extrait de Romain 1 ( tout le chapitre est instructif en fait ) tiré de la versions Louis Second, et après vérification des différentes versions, toutes veulent dire la même chose.

      Romains 1:20
      En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables,[...]
      Romains 1:21
      puisque ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur coeur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres.[...]
      Romains 1:22
      Se vantant d'être sages, ils sont devenus fous ;[...]
      Romains 1:23
      et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l'homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles.[...]
      Romains 1:24
      C'est pourquoi Dieu les a livrés à l'impureté, selon les convoitises de leurs coeurs ; en sorte qu'ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ;[...]
      Romains 1:25
      eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen ![...]
      Romains 1:26
      C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature ;[...]
      Romains 1:27
      et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement.[...]
      Romains 1:28
      Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes,[...]

      Et pour conclure avec une note positive :

      Romains 6:23
      Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur.[...]

      A méditer, et en conclusion de mes expériences personnelles avec Dieu, pour moi le fait de me rapprocher de Lui et de le chercher par la prière ainsi que la lecture de la Bible, m'ont permis de voir son coeur de Père pour moi, là où toutes tentatives humaines, psychiatriques , médicales ou autres ont échouées pour ceux qui donnent leur témoignages plus haut .

      Il est venu réparer les blessures de mon enfance et le manque d'amour paternel au travers de toutes une série d'expériences et de Paroles de Sa part , ce que je souhaite à toutes les personnes décrivant un tel parcours .

      Supprimer
    2. Suite et fin :

      Dieu a également honoré ma recherche de poursuivre malgré mes pensées et toutes les images pornographiques ( en cause mes expériences sexuelles multiples ainsi que les sites internets de porno gays ou autres - même hétéros ) que j'avais emmagasinées et un travail de purification ( pas un lavage de cerveau, je précise ) s'est opéré en moi.

      Simplement le fait d'arrêter de mater des pornos a permis à mes pensées de ne plus avoir le pouvoir qu'elles avaient sur mon corps et ainsi de ne plus être esclave de la masturbation jusqu'à 3 fois consécutives dans une journée si ce n'est pas plus !

      D'autre part, la poursuite des Vérités telles que présentées dans la Bible , ont pour moi été sources de bénédictions et pas seulement dans ma vie mais aussi dans celles des autres !

      Pour exemple pratique, fin février de l'année passée, je suis parti en vacances une semaine avec ma soeur, croyante engagée.

      Pendant cette semaine, j'avais le pressentiment que je pouvais partir en paix, ( deux mois avant le Salon du meuble ) et que quelque chose allait se passer durant mes vacances question travail. ( en fait j'avais la ferme assurance de voir mes prières de plusieurs mois exaucées concernant la promesse que Dieu m'avait faite d'être édité par le meilleur éditeur pour moi en Italie et ceci 10 mois avant au précédent salon durant lequel je présentais mes pièces ).

      A la fin de la semaine, j'ai reçu un e-mail m'annonçant que mon éditeur allait produire mes pièces pour le salon du meuble de Milan , 7 semaines après !

      Ma soeur avant de partir la semaine suivante pour les rencontrer ,me donna le verset du Psaume 84:11 qui dit ceci.
      Cela dépend des versions mais voici celle que j'ai sur mon iPhone :

      Psaumes 84:11
      Car l'Éternel Dieu est un soleil et un bouclier, L'Éternel donne la grâce et la gloire, Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l'intégrité.[...]

      Le matin, je vis le directeur artistique de la marque ainsi que différentes personnes voulant voir le nouveau designer de la marque .

      La propriétaire étant absente pour un rendez-vous, on me demanda si je serai disponible l'après-midi pour la voir si elle pouvait se libérer, je dis oui!

      A 14:30, je reçus un message et ils me donnaient rendez-vous à 15:30.

      Je pris donc le temps de lire ce verset et également tout le psaume que je vous recommande fortement et je priai également pour cette rencontre, dans un parc magnifique situé à proximité.

      L'après-midi, je ressentis une paix intense malgré le fait qu'il y avait un photographe pour l'entretien ainsi que la propriétaire et le Directeur artistique . La propriétaire étant l'ancienne directrice générale d'Artemide, un des plus prestigieux éditeur de luminaire italien, il y avait de quoi mettre la pression !

      Le lendemain, lors de ma relation d'aide en groupe, je leur fis part de ce que j'avais lu et leur dit que je souhaitai leur lire ce psaume mais là une des personne qui encadrait le groupe, m'a dit que je n'avais pas besoin, car elle avait imprimé le psaume en question et avait souligné le verset 11 en gras !

      Ces paroles ce sont confirmées, pendant le brunch que la marque organise durant le salon , lorsqu'un designer m'a dit que je faisais officiellement partie de la famille des designers italiens !

      C'est la première fois que je vivais une expérience si forte avec Dieu, et c'est comme recevoir un fax ! C'est instantané, mais pour ça Dieu souhaite qu'on le recherche de tout notre coeur et de toute notre force .

      Je tiens encore à encourager toutes les personnes qui vivent ça à simplement se laisser inspirer par la Parole de Dieu qui est vivante et opérante et agissante dans nos coeurs .

      Que Dieu vous bénisse abondamment dans votre ministère de pasteur et se révèle à vous de manière personnelle et puissante,

      Amitié

      Francis Chabloz

      Supprimer
  23. Je suis en accord avec vous carnetderoutedunjeunepasteur

    RépondreSupprimer
  24. Romains 1:26
    C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature ;[...]
    Romains 1:27
    et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement

    En relisant ce passage de romains, je me pose la question : peut-on vraiment envisager une bénédiction des couples homosexuels?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Anonyme,

      Je ne crois pas que l'on puisse argumenter avec la Lettre sans l'Esprit. Le Christ ne nous a-t-il pas appris à vivre l'Evangile, à montrer son amour, sa grâce, à chacune, chacun, quelle que soit son orientation sexuelle, son identité, sa couleur de peau?

      Un extrait vidéo à regarder pour notre débat: https://www.youtube.com/watch?v=43oXIkHj_LA

      Par ailleurs, lisez l'ensemble du passage sans citer uniquement un verset. On parle bien de tous les péchés des humains, mais le plus grands, c'est de refuser de reconnaitre Dieu: 28Comme ils ont refusé de reconnaître Dieu, Dieu les a abandonnés à leur intelligence déréglée et, ainsi, ils font ce qu'ils ne devraient pas. Comment ne pas recevoir des gens qui reconnaissent Dieu et ont envie de cheminer avec Lui ?

      En vue d'une continuation du débat, je vous serais gré de signer votre commentaire tout en argumentant votre position, c'est tellement plus enrichissant!

      Avec mes salutations fraternelles,

      B. Corbaz

      Romains 1, 18-33

      18Du haut du ciel, Dieu manifeste sa colère contre tout péché et tout mal commis par les humains qui, par leurs mauvaises actions, étouffent la vérité. 19Et pourtant, ce que l'on peut connaître de Dieu est clair pour tous : Dieu lui-même le leur a montré clairement. 20En effet, depuis que Dieu a créé le monde, ses qualités invisibles, c'est-à-dire sa puissance éternelle et sa nature divine, se voient fort bien quand on considère ses œuvres. Les humains sont donc inexcusables. 21Ils connaissent Dieu, mais ils ne l'honorent pas et ne le remercient pas comme il convient de le faire à son égard. Au contraire, leurs pensées sont devenues stupides et leur esprit insensé a été plongé dans l'obscurité. 22Ils se prétendent sages mais ils sont fous : 23au lieu d'adorer la gloire du Dieu immortel, ils ont adoré des statues représentant l'homme mortel, des oiseaux, des quadrupèdes et des reptiles.
      24C'est pourquoi Dieu les a abandonnés à des actions impures, selon les désirs de leur cœur, de sorte qu'ils se conduisent d'une façon honteuse les uns avec les autres. 25Ils échangent la vérité concernant Dieu contre le mensonge ; ils adorent et servent ce que Dieu a créé au lieu du Créateur lui-même, qui doit être loué pour toujours ! Amen.
      26C'est pourquoi Dieu les a abandonnés à des passions honteuses. Leurs femmes elles-mêmes changent les relations naturelles en des relations contre nature. 27De même, les hommes abandonnent les relations naturelles avec la femme et brûlent de désir les uns pour les autres. Les hommes commettent des actions honteuses les uns avec les autres et reçoivent ainsi en eux-mêmes la punition que mérite leur égarement.
      28Comme ils ont refusé de reconnaître Dieu, Dieu les a abandonnés à leur intelligence déréglée et, ainsi, ils font ce qu'ils ne devraient pas. 29Ils sont remplis de toute sorte d'injustice, de mal, d'envie, de méchanceté ; ils sont pleins de jalousie, de meurtres, de querelles, de ruse, de malice. Ils lancent de fausses accusations 30et disent du mal les uns des autres ; ils sont ennemis de Dieu, insolents, orgueilleux, vantards. Toujours prêts à imaginer de nouveaux méfaits, ils sont rebelles à leurs parents. 31Ils sont inconstants, ils ne tiennent pas leurs promesses ; ils sont durs et sans pitié pour les autres. 32Ils connaissent bien le jugement de Dieu : ceux qui se conduisent de cette manière méritent la mort. Pourtant, ils continuent à commettre de telles actions et, de plus, ils approuvent ceux qui les commettent aussi.

      Supprimer
    2. Aimer son prochain n'est pas aimer son péché.
      Si l'on peut faire une gradation dans les péchés, cela ne légitime pas ceux de rang "inférieur".
      Que les punitions prévues par la loi soient abolies est une chose mais l'adultère reste un péché, malgré l'absence de lapidation actuelle. Ce n'est donc pas lire le texte sans l'Esprit que de s'interroger.
      Parenthèse, il est intéressant de constater que même les Grecs ne faisaient pas bénir des relations entre hommes alors qu'ils pratiquaient ouvertement.
      Mais pour reprendre avec le texte : "26C'est pourquoi Dieu les a abandonnés à des passions honteuses." Je vois mal comment interpréter autrement ce que Saint-Paul nomme une passion honteuse.
      Certes, ils veulent cheminer avec Dieu mais le veulent-ils vraiment dans leur coeur? Le voleur peut aussi être croyant mais on ne bénit pas ces méfaits, la prostituée n'est pas honorée non plus. Et pourtant, mes deux exemples peuvent se dire croyants et vouloir une relation avec le Seigneur. Christ disait va et ne pèche plus. Donner une forme de considération sociale par une bénédiction ne va pas aider...

      De plus, selon certains théologiens, l'Ancien Testament préfigure le Nouveau. La Loi est abolie mais elle reste un guide utile. Sauf révélation contraire, l'Ancien garde du sens. Ainsi, le décalogue est une piste de réflexion comme la loi mosaïque. Donc, une interprétation de l'ensemble de la Bible mène difficilement une acceptation des relations homosexuelles : entre les condamnations à mort et les épîtres tout ce que l'on peut accorder c'est le pardon, là siège le chrétien.

      Supprimer