mardi 23 octobre 2012

Donner de soi pour... le Christ!

(clic ici avant de commencer)

Parfois, dans ma vie de jeune ministre, je me demande pourquoi je mets tellement d'énergie dans cette vocation. Parfois non: parfois je sens au fond de mon coeur que tous les efforts, toutes les heures passées sur l'ordi à faire de l'administratif, des mails, de la pub FB, les heures passées dans les magasins, devant le budget ou dans les séances de préparation, tout cela n'est pas vain, au contraire... Quelle joie de vivre cette communion avec des jeunes qui découvrent le KT, les camps, et peut-être, pour un bout, le Christ! Joie du Christ qui abonde, qui inonde, qui féconde. Joie de se poser des questions, existentielles, autour du thème "Naître, vivre, mourir, ressusciter...?". Joie de vivre, simplement, le moment présent, d'en jouir, comme dirait l'Ecclésiaste...

De tels jours sont autant de bénédictions sur ma route de jeune pasteur, route qui est parfois quelque peu sinueuse (cela secoue un peu, et pas que dans les commentaires de mon blog). Oui, ce sont des jours bénis, car en dépit de tout ce que l'on peut dire, débattre, argumenter, attaquer, le Christ, celui qui a été relevé d'entre les morts, est bien là où deux ou trois sont rassemblés en son nom. Et cela VAUD tout l'or du monde, en particulier à VAUDmarcus...

Un camp est né!

Le camp KT 9 de Vaumarcus est donc né dimanche 14 octobre 2012, il a vécu du 14 au 19 octobre, date de sa (belle) mort. Et nous avons bon espoir qu'il ressuscite l'an prochain, toujours autour de ces thèmes à la fois parfois dérangeants, voire choquant, et à la fois si importants, qui nous touchent tous de près ou de loin. Quelle belle semaine nous avons vécue! De la naissance à la mort, avec un témoignage poignant autour de la résurrection et une célébration de "l'aube de Pâques" au petit matin (lever du jour) autour du feu, des parties sportives et ludiques aux lumineux délires dé-spot-iques, de la coupe des bunches à la délicieuse cuisine des Leumann, du cadre idyllique de Vaumarcus à la joie de la vie en communauté, etc. Oui tout cela en valait la peine et de voir les jeunes qui petit à petit s'ouvrent et se lâchent (prout), s'impliquent, réfléchissent, partagent, vivent quoi, c'est beau!

Du côté chance

La question, au fond, est la suivante: que suis-je prêt à donner de moi-même pour le Christ? Au fond, ne sommes-nous pas né "du côté chance de l'histoire", comme le dit Grand Corps Malade? Oui, mais, au fond toujours, n'est-on pas tous appelé à en faire quelque chose, de ce côté chance, dans nos vies ? Et vous, et toi, et moi, que faire de cette chance?


2 commentaires:

  1. MERCI mon cher Frère Pasteur pour ce beau moment vécu dans la nuit et à l'aube, à Vaumarcus. Inoubliable célébration autour de ce grand feu, respect et accueil touchants de mon témoignage, jamais facile à sortir... Tant mieux si cela peut porter du fruit, ou du Nutella ;) Salutations à Toutes et Tous ! Et à l'automne prochain, donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LAAAAAAA Nutellaaaaaaaaa ;-) Merci à toi, frère prêtre! :-)

      Supprimer