dimanche 24 mars 2013

Prédication des Rameaux, le 24 mars 2013 à Chexbres


Textes bibliques

- Mc 2,1-12

- 2 Co 4,6-9

Prédication

Si je vous dit « super héros », au-delà du fait que vous trouvez incongru de commencer une prédication par cela, vous pensez peut-être à Batman, Superman, Spiderman, ou peut-être Iron man ou Jésus man (ou pas). Oui mais, est-ce que vous connaissez le meilleur de tous les super héros, celui qui rassemble tous les superlatifs ? le super héros qui dépasse tout, même Dieu:  le seul qui peut diviser par zéro, qui connaît la dernière décimale de Pi, qui a compté jusqu’à l’infini… deux fois, etc. ? Le héros dont la seule chose qui arrive à sa cheville… est sa chaussette. Je vous le donne en mille : il s’agit bien sûr de CHUCK NORRIS (sortir sa photo). Cet acteur américain d’une série policière WALKER TEXAS RANGER est devenu un super héro dans des blagues qui circulent, je parie que les jeunes ici en connaissent un paquet… Ces blagues sont basées sur le fait qu'on attribue à ce personnage de CHUCK NORRIS devenu mythique par sa combativité, son indesctructibilité et sa puissance, notamment dans des scènes de combat intégrant des arts martiaux, on lui attribue dans l’humour des pouvoirs surhumains qui défient les lois universelles de la physique, et même de la logique, comme : Chuck Norris peut encercler ses ennemis. Tout seul. Souvent, il s’agit d’inversions par rapport aux situations normales : Chuck Norris a été piqué par un scorpion. Il a succombé 2 jours plus tard. Le scorpion. Il surpasse tous les super héros : Un jour Chuck Norris et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip sur son collant. Certaines blagues lui attribuent aussi des caractères divins : Chuck Norris ne se prend pas pour dieu, c'est dieu qui se prend pour Chuck Norris. Ou encore : Avant le premier jour, Chuck Norris a créé Dieu ! Oui Chuck Norris est bien le plus balèze de tous les super héros…

Par l’humour, donc, CHUCK NORRIS est devenu un symbole de ce qui est fort, solide, puissant, indestructible. Un symbole de l’homme sans fragilité.

Et pourtant nos vies humaines, vous en conviendrez, ne sont pas tout à fait comme celle idéalisée de CHUCK NORRIS. Non, il faut bien avouer que nos vies, même si nous aimerions bien qu’elles tendent vers la CHUCK NORRISSITUDE, si j’ose dire, vers la force, la puissance, la solidité, le bonheur, eh bien nos vies elles sont traversées par des fragilités, c’est une réalité.

Dans la nuit du caté, cette sorte de rite de passage pour les catéchumènes de dernière année de cette paroisse de Saint-Saphorin, cette folle aventure d’une nuit que l’on a vécu avec les jeunes vendredi il y a 9 jours, eh bien pendant cette nuit nous avons justement traité de ce thème de la fragilité. « Quel drôle de thème ! » a réagi une catéchumène. Oui c’est vrai que dans notre société, nous préférons parler de la force, de la joie, des choses positives. Parler de la fragilité, cela nous met mal à l’aise, cela nous dérange un peu.

Et pourtant, nous en avons, des fragilités, des éléments friables qui se cassent facilement en nous, des peurs, des angoisses, des incapacités, des faiblesses. Sur notre chemin de vie, nous portons certaines fragilités dont nous aimerions bien nous débarrasser. Mais comme cet œuf frais, élément fragile par excellence, que les catéchumènes ont dû porter pendant toute la nuit du KT, nous devons souvent nous coltiner nos fragilités.  Face à celles-ci, qui nous touchent tous, nous pouvons parfois ressentir une grande impuissance…

Mais la bonne nouvelle du jour, qui nous est rappelée par les textes bibliques que nous venons d’entendre, c’est que d’une part, nous ne sommes pas seuls face à nos fragilités, et d’autre part, Dieu nous a choisis malgré notre fragilité, pour porter son trésor.

D’abord, l’épisode du paralytique dans l’Evangile de Marc nous rappelle que face à nos fragilités, nous ne sommes pas seuls. Avez-vous remarqué ce que dit l’homme paralysé dans ce récit ? Sur les 12 versets, c’est bien simple, il ne dit pas un mot. Il est comme transi par ce qui le paralyse, comme bloqué par ses fragilités. S’il est finalement sauvé, c’est grâce aux 4 hommes qui l’ont porté à bout de bras tout au long du chemin, et même par le toit pour que Jésus puisse le voir. Au fond, c’est la foi (littéralement la confiance) de ces 4 hommes qui a décidé Jésus... Nous pouvons donc souligner ici, face à nos fragilités, l’importance des autres, ou plus largement de la communauté. Savoir se faire aider par les autres, en avouant que nous ne sommes pas tout-puissants, c’est peut-être une première étape face à nos fragilités… Et finalement, c’est Jésus qui remet debout le paralytique et qui l’incite à reprendre sa route : « Lève-toi, prends ta natte et marche ! » (Mc 2,10) Reprends ta route, malgré tes fragilités…

(s’approcher de la caisse)  Reprends ta route, parce que tu as de la valeur : c’est l’autre bonne nouvelle que l’apôtre Paul nous rappelle ce matin : Dieu nous a choisis, nous les vases d’argile, pour porter son trésor inestimable.

Mais quand même, mettre un trésor d’une grande valeur dans un vase d’argile, c’est complètement loufoque pour l’époque. Un vase d’argile, pour Paul, c’est tout ce qu’il y a de plus commun comme ustensile. (ouvrir la caisse) Imaginez un trésor dans votre ustensile de cuisine le plus courant : genre un verre de blanc ou un Tupperware (bon c’est pas trop fragile, alors imaginons un Tupperware en verre), ou un bol à céréales, ou même … un caquelon ! Imaginez un trésor dans un caquelon, franchement, c’est complètement incongru.  Le trésor, vous le mettriez dans votre plus belle boîte à bijoux, ou dans un vase de cristal clinquant, ou mieux encore, dans un coffre magnifique, pour ne pas dire un coffre fort ! Un trésor, il faut le conserver dans quelque chose qui est digne de lui, dans qqch de résistant, d’éblouissant, d’éclatant, de balèze, dans qqch genre Chuck Norris.

Mais non, Paul dit que le trésor est placé dans des vases d’argile qui sont les plus commun des objets, sans grande valeur, et surtout, très fragiles. En utilisant cette image, Paul nous rappelle que Dieu reconnaît que nous sommes fragiles, plein de failles, de fissures ; mais aussi, il redit la confiance de Dieu envers nous, et ça c’est balèze! Pas besoin d’être des super croyants, des apôtres à la Chuck Norris parfaits en tout point, convaincus, forts solides, etc. , non, Dieu nous fait confiance, avec notre fragilité, pour porter son trésor.

Oui mais le trésor dont il parle, c’est quoi au juste ? Ce trésor est décrit au verset 6 : Dieu a dit autrefois : « Que la lumière brille du milieu de l'obscurité ! » Eh bien, c'est lui aussi qui a fait briller sa lumière dans nos cœurs, pour nous donner la connaissance lumineuse de sa gloire divine qui resplendit sur le visage du Christ. Ce trésor de lumière, il ne nous appartient pas, c’est un don de Dieu, qui nous rend plus forts. Ce n’est pas le pouvoir, mais l’amour. Ce n’est pas la condamnation, c’est le pardon. Ce n’est pas la souffrance, c’est l’espérance. Au fond, c’est tout ce que nous trouvons dans l’Evangile, ces valeurs que nous portons avec nous dans la société. Ce trésor, c’est aussi ce verset biblique que vous allez recevoir, chers catéchumènes, pour votre route : une parole qui fait sens et qui vous est donnée dans la foi. Ce verset, il est emballé dans la fragilité que vous avez écrite lors de la nuit du KT pour nous rappeler que les deux sont liés.

Car Dieu nous a choisis, nous les vases d’argile, nous les fragiles, pour porter son trésor inestimable. Comme lors de la nuit du KT où vous, les catéchumènes, avez porté ce trésor tout au long de la nuit, ce coffre rempli de nos fragilités. Après ce culte, cette malle va rester ici, mais vous, les catéchumènes, allez continuer votre chemin, portant ce trésor avec vous, dans ce vase d’argile que vous êtes. C’est pour cela que la paroisse a décidé cette année vous faire un cadeau un peu spécial, en lien avec ce thème de la fragilité : (sortir une jarre) une petite jarre, faite d’un argile fragile, mais qui contient un trésor : ce verset que nous vous offrons et vous allez entendre quand vous serez appelés.

Alors aujourd’hui, en ce jour des Rameaux, en cette étape de votre vie (pour vous les catéchumènes mais aussi pour vous les familles), en ce jour Dieu, conscient de vos fragilités, vous redit qu’il vous confie un trésor à partager: plein de foi en vous, plein de confiance en vous, il vous envoie partager cette bonne nouvelle de son amour pour tous les humains. Et pour cela, pas besoin d’être un super croyant, pas besoin d’être un CHUCK NORRIS de la foi, mais simplement d'être... vous-mêmes!
Amen.

Prédication dite à l'Eglise de Chexbres, le 24 mars 2013

1 commentaire:

  1. Intéressant! Un article publié cette semaine dans 24 heures rapporte une photo de Chuck Norris très loin du mythique indestructible homme sans fragilité. Il aurait même rasé sa barbe...

    http://www.24heures.ch/people/Chuck-Norris-s-est-rase-la-barbe/story/17090482

    RépondreSupprimer