mardi 24 septembre 2013

L'émerveillement, un état d'esprit... à vivre!



Ce week-end, j'étais à Crêt-Bérard pour vivre un week-end de catéchisme sur "naître-vivre" (pour l'instant on s'arrête là, mais vous imaginez la suite... ;-). Une belle rencontre avec des jeunes que je ne connaissais pas encore. Mais surtout une belle occasion pour réfléchir sur ce merveilleux cadeau qu'est la vie.

Un Clin Dieu ?

Parfois Dieu nous fait des clin d'oeil assez marqués, non? Pour dire, organiser un week-end de catéchisme sur "naître - vivre", alors que sa femme est enceinte, c'est pas mal, non? L'occasion pour moi aussi de me replonger dans ma naissance, avec tout ce que cela peut avoir de miraculeux, car comme je le disais, la vie ne tient qu'à un fil (loué soit le fil!). Un cadeau que l'on reçoit sans trop le choisir. Mais ce que l'on peut choisir, c'est que l'on veut en faire...

"Tu m'as tissé dans le ventre de ma mère..."

Et puis, il y a ce Psaume magnifique qui nous redit tout l'amour de Dieu pour nous. Pour nous aujourd'hui, mais aussi déjà dans le ventre de notre mère. Déjà, Dieu nous connaissait. Déjà, Dieu nous aimait. Déjà...


Seigneur, tu regardes jusqu'au fond de mon cœur,
et tu sais tout de moi :
Tu sais si je m'assieds ou si je me lève ;
longtemps d'avance, tu connais mes pensées.
Tu remarques si je suis dehors ou chez moi,
tu es au courant de tout ce que je fais.
La parole n'est pas encore arrivée à mes lèvres,
que tu sais déjà tout ce que je vais dire.
Tu es derrière moi, devant aussi,
tu poses ta main sur moi.
Que tu me connaisses à ce point est trop merveilleux pour moi,
et dépasse tout ce que je peux comprendre.
Où pourrais-je aller loin de toi ?
Où fuir loin de ta présence ?
Si je monte au ciel, tu es là ;
si je me couche parmi les morts, t'y voici.
Si je m'envole jusqu'au soleil levant,
ou si je vais m'établir au soleil couchant,
même là ta main me guide,
ta main droite ne me lâche pas.
Si je dis : « Que l'obscurité m'engloutisse,
qu'autour de moi le jour se fasse nuit ! »
pour toi, l'obscurité devient lumière,
et la nuit claire comme le jour ;
ténèbres ou lumière, pour toi c'est pareil.
C'est toi qui as créé ma conscience,
qui m'as tissé dans le ventre de ma mère.
Seigneur, merci d'avoir fait de mon corps
une aussi grande merveille.
Ce que tu réalises est prodigieux, j'en ai bien conscience.
Mon corps n'avait pas de secret pour toi,
quand tu me façonnais en cachette
et me tissais dans le ventre de ma mère.
Quand j'y étais encore informe, tu me voyais ;
dans ton livre, tu avais déjà noté
toutes les journées que tu prévoyais pour moi,
sans qu'aucune d'elles ait pourtant commencé.

(Ps 139, 1-16)
Oui, ce qu'Il réalise est prodigieux, est miraculeux, est merveilleux.

Dans l'émerveillement

Oui, après ce week-end, je suis dans l'émerveillement.

Dans l'émerveillement quand je regarde ces jeunes s'ouvrir à la vie et à Dieu.
Dans l'émerveillement quand je pense à ma vie, à toutes les bénédictions reçues.
Dans l'émerveillement quand je sens le bébé ("Jamon") bouger dans le ventre de ma femme.
Dans l'émerveillement quand j'écoute la chanson de Grand Corps Malade (cliquez ici pour l'écouter) dans laquelle je me retrouve beaucoup...

Seigneur, merci d'avoir fait de mon corps une aussi grande merveille...

L'émerveillement, un état d'esprit... à vivre! Merveilleux, non? :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire