dimanche 8 décembre 2013

En AVENT la lumière : du gospel aux tresses, la grâce en attendant Noël !

La lumière de Dieu sur le lac à Lutry
(Merci Benji pour la photo)
Pour les pasteurs, comme pour tout le monde je crois, le mois de décembre ne nous laisse pas beaucoup de temps pour respirer. Alors que l'Avent devrait nous pousser à faire le vide pour nous préparer à Noël, nous courrons, nous aussi, d'un événement à l'autre. Et pourtant, comme je l'ai prêché ce matin, ce chemin est un chemin de conversion, un chemin où Jean-Baptiste nous invite à changer notre regard et à adopter un regard d'enfant, émerveillé, sur le monde. Que de moments lumineux en une semaine! De la deuxième édition du week-end gospel la semaine passée à la vente de tresses ce week-end, à chaque fois, Dieu est là. Et nous apporte sa lumière. Et c'est beau!

Une nouvelle expérience du GOSPELtastique

Il y a bien sûr des moments difficiles dans le ministère, mais il y aussi les moments de grâce. Des moments si forts que les mots semblent vide. Une expérience de Dieu au plus fort de sa présence, presque indicible. Pourtant si réelle.

Crêt-Bérard le 30 novembre: un lieu paradisiaque
(Merci Séb pour la photo)
Cette expérience, je l'ai vécue avec 60 jeunes de l'EERV le week-end passé. Ces 60 jeunes sont venus se rassembler autour des chants gospel pour vivre une expérience forte. Et ce fut le cas! De Corsy, où la nuit fut courte, dans une modeste salle de rythmique, à Crêt-Bérard, où l'accueil fut luxueux et le décor paradisiaque, les jeunes ont pu se régaler. Bien sûr, ce fut la course, et nous aurions pu renommer ce week-end "marathon de gospel". Bien sûr, l'aventure était folle, voire suicidaire. Bien, sûr. Mais c'était sans compter sur l'appui du Saint Esprit...

Allumer le feu


Car ce qui compte, en fin de compte, c'est l'expérience du concert final au Temple de Lutry qui, plein à craquer (avec plus de 350 personnes), a vibré aux sons du gospel. Oui, portés par le Saint Esprit, nous avons allumé le feu... de l'Avent, et plutôt à la Johnny qu'à la Taizé! ;-) Certes, les chants ne furent pas parfaits, il y eu quelques faux départs, quelques fausses notes, mais l'essentiel était ailleurs. "On ne voit bien qu'avec le coeur", a écrit Saint-Exupéry. Nous avons tout donné, avec tout notre coeur. Dans ce don de soi, Dieu était là simplement. Il souriait. Et Il a applaudi.

Pour le bis, le public s'est même levé. "Voir un public se lever, on n'en prend jamais l'habitude..."  a chanté Grand Corps Malade. C'est si vrai. Et si émouvant. Ce fut un beau cadeau que Dieu nous a fait... Une lumière qui éclairera nos moments les plus sombres de nos existences. Une lumière pour l'Avent...

Une folle équipe pour une aventure folle: vivre les jeunes et le gospel!

Des tresses très savoureuses

Et puis ce week-end, grâce à ma femme, grâce aux jeunes, nous avons vendu des tresses très
savoureuses pour subventionner le camp de ski... Une action simple dans la partage où l'on a pu vérifier la générosité des gens qui nous entourent... La simplicité et le partage, ce sont les pistes de l'évangile à l'écran du jour (dimanche 8 décembre: https://www.facebook.com/levangilealecran), inspirées par une personne ne travaillant pourtant pas dans l'Eglise. La simplicité et le partage, c'est aussi cela, la lumière de Dieu dans ma vie. Aujourd'hui, je m'en rends compte. Et simplement, je rends grâce.

L'Avent est une période d'attente. Mais comment attendre ? En rendant grâce pour toutes ces lumières que nous recevons au quotidien. Ces lumières qui nous annoncent la Lumière à venir que fêterons le 25 décembre...




3 commentaires:

  1. Cher Benjamin,

    Je suis heureux que tous ces jeunes puissent vivre ces précieux moments ensemble dans le chant. La photo de groupe est magnifique, il s'en dégage une joie extraordinaire. Merci à toi de les y conduire. :-D

    Le constat récurrent de cette course effrénée qui, même dans l'église (surtout ?), nous fait valdinguer de gauche et de droite dans cette période de l'Avent me trouble.
    Alors que nous en sommes tous conscients, nous faisons preuve d'un fatalisme désespérant nous contentant juste de nous plaindre un petit peu avant de repartir en courant.
    STOP !!!! L'Evangile de liberté que nous a donné le Christ n'est pas de cette nature-là.
    Alors qu'est-ce qui nous pousse dans cette frénésie ? Qu'est-ce qui nous empêche de la refuser, pour vivre ce temps dans la sérénité ?
    Je crois que nous avons à tordre le cou à certaines traditions qui jouent la surenchère, pour retrouver une saine simplicité et un dénuement en adéquation avec la naissance du Sauveur.

    Nous avons tous à y... offrir.

    Bien à toi,

    Sylvain

    RépondreSupprimer
  2. Merci Sylvain pour ce vibrant appel. Je crois qu'en effet, nous sommes appelés à prendre le temps, à dire STOP à la surenchère. Mais Dieu que c'est difficile...

    Seigneur,
    Donne-moi la sérénité
    D'accepter
    Les choses que je ne puis changer,

    Le courage
    De changer les choses que je peux,

    Et la sagesse
    D'en connaître la différence.

    (prière des AA)

    RépondreSupprimer
  3. Très belle prière qu'une paroissienne nous a justement rappelée lors du culte de dimanche dernier. Elle est brève, simple, mais profonde et interpellante.

    Sylvain

    RépondreSupprimer