lundi 24 mars 2014

Jeûne, jour 4: un moment de grâce

Après un week-end éprouvant d'épreuves (si, si!), après un dimanche où j'ai senti mes limites, ma vulnérabilité, mes frustrations, enfin, la résurrection. Enfin la grâce. Enfin... la plénitude!

S'asseoir sur un banc 5 minutes avec moi
 
Un instant. Simple. S'asseoir sur un banc 5 minutes avec moi (et Elie qui dort dans son landau). Observer le va-et-viens des ouvriers stressés. Se poser. Souffler. Ouvrir les yeux. Ecouter. Instant de joie, de grâce. La rosée qui perle sur le brin d'herbe. Inattendu. Presque invisible. Mais d'une beauté. Les voisins qui s'émerveillent devant Elie. Et pour la première fois de ce jeûne, goûter l'instant. M'émerveiller. Et rendre grâce. Sentiment de plénitude...

Faire les courses: la prise de conscience

Faire les courses, cela aurait pu être une galère, une épreuve, voire une niche à tentations (pas la pomme, hein! - cf la photo de gauche). Au final, j'en ai surtout profité pour goûter les odeurs - le jeûne me permet aussi de développer mon odorat! - et prendre du recul sur nos modes de consommation. Prendre du recul et prendre conscience.

Car en regardant ces immenses étalages, je n'ai pu m'empêcher de penser à notre société de surconsommation de fou. Devant les étalages de chocolats de Pâques, surgarnis, surabondants, surplein, j'avais juste envie de m'écrier: MAIS ALLO QUOI! Notre société cherche à tout prix le profit, dans quel monde vivons-nous? Elle vit dans une surabondance opulente et obscène. Ne sommes-nous
pas en train d'aller dans le mur ?

Ce jeûne me permet de prendre du recul, mais plus que le sentiment de faim, ce qui m'habite, c'est plutôt le sentiment de dégoût.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire